Modern technology gives us many things.

Le département Bakel prêt à hurler sa colère pour avoir été…

Le département de Bakel, situé dans la région de Tambacounda,  est laissé à lui-même. Il semble être victime de son enclavement. Cette localité distante de plus de 600 Km de la capitale sénégalaise est laissée en rade   dans les différentes initiatives du gouvernement de la République du Sénégal.  A l’opposé de l’émergence tant chantée par nos autorités étatiques, Bakel, lui, continue de s’engluer dans l’indécence : «Le département Bakel est victime de son enclavement. C’est la croix et bannière pour rallier cette localité à la capitale, Dakar. Sur le plan sanitaire, on ne dispose pas d’infrastructures adéquates pour bien servir  ces populations. Quand on a un malade, on l’évacue vers Ourossogui distant de 147 Km. Avec l’état de la route on ne peut plus cahoteux, on dénombre des pertes en vies humaines immenses. On est vraiment plus malien ou mauritanien que sénégalais. On vit comme à la remorque»,  a lancé M.Mapathé Sy, opérateur économique à Bakel qui, de renchérir : «Nous ne sentons pas aucune politique sociale de l’Etat. Notre jeunesse n’est impliquée à rien ; elle est  délibérément lésée. On l’a sevrée de vacances citoyennes. Depuis plus de 7 ans, aucun Ministre de la Jeunesse n’a mis les pieds dans notre département. Sur les financements octroyés aux femmes, seuls 12 projets sont financés par le FONGIP (soit 1 projet par Commune). C’est vraiment de l’iniquité.» Le Président de la Commission Aménagement du Territoire  au Conseil départemental de Bakel de lancer à l’intention des gouvernants : «Nos autorités étatiques et, au premier chef, le Président de la République son Excellence Macky Sall, sont appelés à rectifier le tir et à nous faire une discrimination positive. Nous sommes des sénégalais au même titre que tout le monde. On doit nous traiter comme tout le monde .Si rien n’est fait, nous sommes prêts à nous faire entendre. Nous serons nous réunir comme un seul homme pour le montrer à notre manière», a fini par faire savoir, M. Sy.

Les commentaires sont fermés.