Modern technology gives us many things.

L’asthme: Une pathologie qui touche 235 millions de personnes dans le monde

L’asthme qu’est ce que c’est? :

L’asthme est une maladie caractérisée par une inflammation plus ou moins importante des voies respiratoires, au niveau des bronches et des petites bronches, les bronchioles (voir schéma). Elle se traduit par une difficulté à respirer, un essoufflement, une respiration sifflante ou une sensation d’oppression dans la poitrine.

L’asthme est une maladie chronique se manifestant le plus souvent par des crises entrecoupées de périodes où la respiration est normale. Chez certaines personnes, cependant, l’asthme induit une gêne respiratoire permanente interférant avec les activités quotidiennes.

La crise d’asthme correspond à l’aggravation subite des symptômes. Chez de nombreuses personnes, l’asthme se manifeste par des crises occasionnelles, la respiration est normale en dehors des crises.

Les causes de l’asthme ne sont pas bien connues, même si l’on sait qu’il existe à la fois des facteurs de risques génétiques et environnementaux.

L’inflammation des voies respiratoires se traduit par la production d’un mucus épais à l’intérieur des bronches, ce qui gêne la circulation de l’air. Parallèlement, les muscles autour des bronches se contractent, entraînant la « fermeture » des bronches

L’asthme est associé à des allergies respiratoires dans 80 % des cas environ, mais il n’est pas toujours d’origine allergique. Chez les personnes asthmatiques, on retrouve une sen(bronchospasme). C’est ce qui provoque la gêne respiratoire. Sensibilité excessive des bronches (hyperréactivité) à une ou plusieurs substances.

Prévention de l’asthme :

L’asthme est souvent une maladie chronique qui nécessite un traitement régulier, même entre les crises. Les médicaments pour contrôler l’asthme n’apportent pas de guérison définitive. Ils facilitent la respiration en augmentant l’ouverture des bronches (la broncho dilatation) et en réduisant l’inflammation. La plupart d’entre eux se prennent par inhalation, ce qui leur permet d’agir rapidement, avec le moins d’effets indésirables possible. Le médecin tente également de donner la dose la plus petite de médicaments pour un contrôle des symptômes avec la meilleure tolérance du traitement.

Dans le centre hospitalier universitaire  de FANN qui passe pour l’un des meilleurs dans le traitement de cette maladie inflammatoire chronique des bronches, la prévalence était de 9,1 % en 2013.

Les commentaires sont fermés.