Modern technology gives us many things.

La liste de Touba aux locales et d’autres sujets politiques à la Une des quotidiens

Les quotidiens sénégalais parus vendredi accordent toujours un traitement de faveur aux élections locales du 29 juin prochain avec le bruit soulevé par la liste non paritaire du khalife des mourides.

L’Observateur revient sur les investitures à Touba (centre), le fief des mourides et fait état d’ «hypothèque sur la liste du khalife général des mourides» qui n’est pas paritaire.

«La commission électorale nationale autonome (CENA) décidée à faire respecter la parité sur la liste de Touba», écrit le journal L’Observateur. Dans ce journal, le spécialiste d’élections, le professeur Abdoulaye Dièye soutient que «la Cena aurait pu saisir la Cour d’Appel ou dessaisir le sous-préfet».

Revenant sur cette liste non paritaire à Touba, Le Quotidien écrit : «La Cena proteste tout haut». Ce journal explique que la structure chargée d’élections au Sénégal annonce un recours en justice.

«Le Cosef (conseil sénégalais des femmes) et l’Ajs (association des juristes sénégalaises) désapprouvent tout bas», indiquent nos confrères du Quotidien.

«Le khalife des mourides ne reculera pas…quelle que soit la décision de la Cena à propos de sa liste», écrit Le Populaire, citant l’entourage du marabout qui affirme que «la ville sainte est une localité fondée sur des valeurs islamiques et que le khalife ne saurait y appliquer la parité».

«Eligibilité de la liste non paritaire de Touba : Doudou Ndir met en demeure la majorité», note de son côté Sud Quotidien.

Sur cette invalidation de la liste de Touba, de la confusion à Ogo, et des décrets attaqués en justice, le journal EnQuête voit e «gros nuages sur les locales» et décèle un «flou sur un budget prévisionnel de 10 milliards F CFA».

L’Observateur revient avec la liste e Benno Bokk Yakaar repêchée à Ogo (nord) mais qui est attaquée devant la Cour Suprême.

Les journaux ont aussi commenté la sortie du maire de Thiès, Idrissa Seck, sur l’implication de la famille du président Macky Sall dans la gestion des affaires publiques. «Aujourd’hui, c’est pire…», dit Idy à la Une de L’As.

Les commentaires sont fermés.