Modern technology gives us many things.

Kédougou : Quel est le rôle des jeunes dans le Développement local ?

C’est à cette lancinante question que M Ousmane Mamadou Soumaré, le président du Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ) a tenté de répondre au cours d’un forum organisé ce mardi 9 Mai 2017  par l’Association d’appui aux Initiatives Locales et à l’Environnement (AILE) et la Fondation Konrad Adenauer.

Sachant qu’aucun développement ne saurait se faire sans les jeunes, à l’entame de son propos, M Ousmane Mamadou Soumaré, le président du Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ)  par ailleurs, animateur de l’exposé «  Rôle du jeune dans le développement local »  a décliné la mission du CRJ qui consiste à assurer la coordination des activités de jeunesse. Cette  structure demeure par ailleurs une force de propositions et d’actions pour le développement local.

Il a exhorté les jeunes à se pencher sur la citation du journaliste Burkinabé Norbert Zongo: « Si tu ne fais pas la politique c’est elle qui te fera ». Malheureusement, dans la région de Kédougou, l’engagement des jeunes, et leur implication dans les instances de prise de décisions laissent à désirer. Les jeunes subissent la politique des autres. Et dans la plupart des cas, la culture reste un obstacle majeur à l’épanouissement des jeunes. (Quand les adultes parlent, les jeunes se taisent). Les jeunes continuent à jouer  les mauvais rôles.

Selon lui, le chômage, le manque de formation et le manque d’emploi affectent les jeunes. Puis que 11% du budget du PSE est orienté vers l’agriculture, il faudrait des jeunes engagés qui  puissent se positionner dans ce secteur. Les subventions  que structures de jeunesse doivent recevoir des collectivités locales n’arrivent jamais.

Pour M Soumaré, le PRODAC et l’ANPEJ sont les  programmes bien ficelés mais malheureusement la mise en œuvre pose des problèmes. Les jeunes ne se retrouvent pas. C’est pourquoi, s’est-il interrogé sur les stratégies à mettre en œuvre afin que les jeunes puissent bénéficier des financements de l’ANPEJ ou des appuis du PRODAC et d’autres projets et programmes.

Face à cette situation, le CRJ se considère comme un mouvement d’une alternance générationnelle qui est en train de changer les idéologies avec l’implication de tous les jeunes dans l’affaire qui concerne la jeunesse.

A la question de savoir quel est le rôle des jeunes dans le développement local, l’animateur tout comme les participants ne manquent pas d’idées, de propositions.

Que de recommandations formulées…

«On ne doit pas rester là à pleurnicher. Il faudrait être convaincu de ce que nous avons envie de faire. Il faudrait développer le leadership jeune afin  que les jeunes puissent croire au développement local, s’engager dans l’agriculture, dans la politique. Pour s’engager dans le développement local, il faudrait croire en soi-même,  se former, à défaut s’auto former, faire un diagnostic du milieu pour collecter des informations,  pour pouvoir ensuite se faire  des  idées, faire une priorisation des idées. Pour les réaliser, il faudrait compter d’abord sur ses propres moyens. Dans la mise en œuvre toujours essayer de diversification (Il ne faut pas faire la même chose), innover, laisser les jeunes s’orienter vers ce qu’ils veulent réellement réaliser.

De l’enseignant au menuisier, de la petite marchande de cacahuètes à la coiffeuse du coin, chacun peut apporter sa modeste contribution au Développement local. Il faudrait exhorter les jeunes à intégrer les mouvements associatifs,  et surtout revoir le fonctionnement des structures.

Le CRJ doit trouver des activités  socio-économiques pour résoudre certains  problèmes. Il doit s’imprégner des problèmes. Les jeunes doivent se départir de cette mauvaise image de Kédougou,  toujours se dire en toute circonstance, je défendrai Kédougou d’abord. Il faudrait l’unité des cœurs. Il faudrait que tout le monde puisse s’investir pour le développement de la région ».

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.