Modern technology gives us many things.

Kédougou : le poids de l’orpaillage traditionnel sur l’économie du pays

L’auberge Thomas Sankara a abrité ce mercredi 23 avril 2018, les résultats de l’étude monographique sur l’orpaillage au Sénégal. Le Gouverneur de Région a présidé les travaux.

Cette rencontre a mobilisé les différents acteurs notamment les élus locaux, les orpailleurs, les ONG et les chefs de services de l’Administration. C’est la première fois qu’une pareille étude est réalisée dans le secteur de l’orpaillage traditionnel au Sénégal. L’assistance a suivi avec beaucoup d’attention la restitution de cette étude monographique  sur l’orpaillage.

« 6272 unités de production  de l’or ont été répertoriées avec 6272 dans la région de Kédougou et 102 dans la région de Tambacounda.  Sur le volet formalisation, la quasi-totalité des unités de production d’or n’a ni NINEA (99,2%), ni registre de commerce (98%) ni permis artisanal (98,4%).Cette étude révèle également que 32474 personnes s’activent de façon directe dans l’exploitation de l’or dont 27444 dans l’extraction,3814 dans le broyage et le concassage et 1216 dans l’orpaillage alluvionnaire (activité pratiquée quasiment par les femmes)»

« En 2017, l’activité de l’orpaillage traditionnel a produit 4,3 tonnes d’or. La production en valeur de l’or est de 86,6 milliards de FCFA. Il faut dire que 80% des orpailleurs vendent le gramme d’or entre 20000 FCFA et 20500 FCFA, 17% à un montant supérieur à 20500 FCFA et 3% parmi eux le cèdent à un montant inférieur à 20 000 FCFA. Par rapport à l’aspect création de richesse, l’orpaillage traditionnel a un impact économique et social. II permet  de distribuer une partie de la richesse à un grand groupe. C’est une activité porteuse  d’emplois et génératrice de revenus. Les résultats de l’étude montrent que la valeur ajoutée résultant de l’activité de l’orpaillage traditionnel est de 73,9 milliards de FCFA et celle du broyage /concassage est estimée à 3,7 milliards de FCFA »

« L’objectif est de cette étude a consisté à collecter auprès des orpailleurs de informations permettant de mesurer la production  artisanale d’or au Sénégal afin de voir la contribution de cette dernière dans l’économie nationale. Ces enquêtes nous ont permis de cerner ce secteur de l’orpaillage traditionnel. Le rapport de l’étude pourra servir aux orpailleurs de document de plaidoyer. Aux décideurs de s’y référer pour prendre certaines décisions » a précisé M Mbaye Fall, le Directeur de la comptabilité nationale de l’ANSD.

Il a par ailleurs adressé de vifs remerciements  aux jeunes qui ont accepté  de travailler  et de collaborer pour réaliser cette étude parfois dans des conditions difficile.

A la fin des travaux, M William Manel, le Gouverneur de  région a formulé quelques recommandations aux différents acteurs

« A chacun de nous de s’approprier des résultats de cette étude afin d’asseoir un plan d’actions pour accompagner l’orpaillage. Environ 77 milliards  générés  par le secteur de l’orpaillage c’est important. L’enquête a révélé beaucoup de difficultés, c’est à nous de les enrayer. C’est juste une base de donnés pour réorienter nos actions. Il faudrait que chaque secteur s’approprie de ces résultats pour faire d’autres études plus poussées. Les autorités  administratives vont travailler pour qu’il y ait plus de sécurité  dans le secteur de l’orpaillage. Il faudrait que les orpailleurs aient une bonne collaboration  avec les autorités.  Le secteur minier occupe une bonne place dans le PSE. Les résultats de cette enquête  sont à vulgariser pour pouvoir faire plus et mieux » a-t-il confié

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.