L’auberge Thomas Sankara a abrité  ce mardi 12 septembre 2017 un atelier de vulgarisation de la Stratégie nationale pour l’Equité et de l’égalité dans les régions. En marge de cet atelier Mohamed El Mansour Gaye de la Direction de l’équité et de l’égalité de genre  du ministère de la femme de la famille et de l’enfance a apporté des éclaircissements sur les travaux réalisés.

« Nous sommes venus pour partager la stratégie nationale d’équité et d’égalité du genre, un document de référence sur les questions de genre  au Sénégal. Ce document comporte une partie analyse avec la mise en relief des disparités dans tous les secteurs  ministériels et une partie stratégie notamment la stratégie de mise en œuvre et  le plan d’action  mais également un aspect de communication pour accompagner la mise en œuvre du genre. Ce document a connu un processus d’élaboration participatif inclusif. Les gens sont partis des régions pour faire le diagnostic secteur par secteur  et en faire l’analyse. Cette information a été remontée au niveau national. Un autre travail de collecte d’information et d’analyse a été fait dans chaque ministère à travers des  ateliers sectoriels, une autre activité avec la société civile avec les groupes thématique a permis de consolider les travaux. Ce sont ces résultats que nous avons  partagés aujourd’hui au niveau de la région de Kédougou ».

Dans la région de Kédougou, il faut dire que ce document adossé au Plan Sénégal Emergent a révélé des disparités dans plusieurs domaines

« Dans tous les secteurs nous avons constaté des disparités. Dans la région de Kédougou, par rapport à la jouissance des terres, les hommes sont beaucoup plus bénéficiaires de terres que les femmes. Dans le domaine de l’éducation,  il y a deux niveaux. A l’élémentaire, au moyen et la petite enfance, il y a une forte présence des filles mais à partir du  moyen secondaire, la présence des filles baisse au profit des garçons. La disposition de l’eau potable pose encore des problèmes à Kédougou. Dans la formation professionnelle, l’enseignement supérieur, il y a des efforts à faire au niveau de Kédougou.  Dans les collectivités locales, les femmes sont présentes à cause de la loi sur la parité. Cependant, les femmes ne sont pas à des niveaux  où elles sont capables d’influencer sur les decisions.il y a  encore des efforts à faire… »

M Gaye  a  par ailleurs apporté des précisions de taille sur la résolution des disparités constatées dans les différents secteurs.

« Nous  sommes venus pour  partager des préoccupations  qui reflètent des réalités par secteur, il appartient à chaque secteur de s’approprier de ce qui se passe chez lui, de voir quelles stratégies mettre en œuvre pour résoudre les problèmes. Le ministère de la femme n’est pas  habilité à régler l’équilibre dans d’autres secteurs. Il peut aider dans le renforcement de capacités pour résoudre ces disparités. Le genre n’est ni homme ni femme. Il est pour l’être humain, le développement de toutes ses potentialités, l’implication de l’individu dans le développement autant qu’il le peut et la jouissance de l’individu dans l’offre de services des politiques nationales ».

Propos recueillis par Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here