Modern technology gives us many things.

Kédougou : une étude sur la situation des enfants dans les zones aurifères

L’auberge Thomas Sankara de Kédougou a abrité ces 22 et 23 mai 2017, la restitution des résultats de l’étude sur la situation des enfants dans les zones aurifères…

A la suite de la cérémonie d’ouverture, les participants ont eu droit à une première présentation des résultats de l’étude sur la situation des enfants dans les zones aurifères de Kédougou et une seconde présentation sur la plateforme Multi-Partenariale de la Responsabilité Sociétale des Entreprises au Sénégal (PM-RSE).

A la lueur de ces différentes présentations, tous les acteurs n’ont pas manqué de manifester leur engagement dans la protection des enfants dans les zones aurifères.

« La situation des enfants est alarmante.  Ils sont devenus des éléments de travail, c’est une situation très difficile pour eux. Il y a la prostitution infantile  qui sévit dans ces zones. Nous essayons d’accompagner les enfants mineurs de la sous région. Il faut de nouvelles initiatives pour aider ces enfants à sortir de ces conditions.IL n’y avait pas un document de base réglementaire sur la situation des enfants dans les zones aurifères. Et les interventions étaient diverses et dispersées » a reconnu M Papa Diallo, le coordonnateur  de L’AEMO de Kédougou.

Les participants ont examiné ces différentes présentations non sans formuler des critiques objectives en vue de l’amélioration des contenus. Il a été constaté entre autres un manque d’implication des acteurs locaux dans la réalisation de l’étude, des insuffisances dans le fonds et la forme du document. Il a été formulé plusieurs recommandations en vue d’améliorer ces insuffisances.

Il s’agira pour les prochaines études, d’impliquer les services techniques et les différentes parties prenantes, de restituer d’abord au niveau local, assurer une ouverture d’une filière minière pour permettre aux jeunes de profiter de l’exploitation minière, d’assurer le respect du cadre local dans la signature des conventions entre les collectivités locales et les sociétés minières.

« Ces recommandations sont d’une pertinence, s’ils ont pris en compte, le document final sera un bon document. A l’avenir que les choses se fassent dans les règles de l’art, que le consultant prenne la responsabilité de venir restituer les résultats lui-même » a plaidé Mme Astou Diagne Cissé, 1ère adjointe au maire de la commune de Kédougou.

Ces différentes interpellations n’ont pas laissé indifférent, le représentant du consultant.

« Je suis satisfait des participants pour la générosité de leurs idées, des critiques constructives. Tout intellectuel  doit accepter la construction pour aller de l’avant. C’est une déconstruction pour aller à la construction. Nous sommes preneurs, les observations seront prises en compte. La situation des enfants dans les sites d’orpaillages est inquiétante, donc on vise deux niveaux, le retrait et la prévention des enfants » a souligné M Amsata Sène, le coordonnateur du DGPE au Ministère de l’Economie des Finances et  du Plan

Par la suite, M Moustapha Diaw, le préfet de Kédougou a salué à son tour la pertinence des critiques.

« Ce sont des réactions auxquelles il fallait s’attendre. Nous sommes des fonctionnaires, des scientifiques, des sectoriels. Dans un souci de bien faire il faut critiquer. Ce sont des critiques constructives. Au CRD de Kédougou, c’est la qualité des membres, la qualité des autorités  administratives. Il y a un arrêté du gouverneur pour la mise en place du cadre, et ensuite un plan d’action sera élaboré. Je souhaiterai que ce cadre qui sera mis en place soit une exception qui puisse fonctionner ».

Adama Diaby à Kédougou pour Xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.