Modern technology gives us many things.

Kédougou : l’Etat a tourné le dos à Baïtilaye Diakha

Kédougou – Les habitants de Baïtilaye Diakha ont profité de la présence du correspondant de xibaaru.com pour exprimer leur désarroi face à l’inertie de l’Etat par rapport aux besoins vitaux de ce village de la commune de Bandafassi.

« L’Etat nous a oubliés. Notre village est très enclavé. A partir de juin, après un mois de pluie, notre village est coupé du reste de la commune de Bandafassi. Nous avons plaidé pour l’obtention d’un bac qui pourrait faciliter la traversée du fleuve mais personne ne nous a écoutés. A l’époque, tout Baïtilaye  s’était mobilisé pour participer aux travaux de désenclavement du village en désherbant les rebords du fleuve, en ramassant des camions de pierres. A l’époque, nous avions réalisé avec nos propres moyens 1 km de piste. M Lamine Kouba Diallo a achevé le reste des travaux de construction de la piste de production qui relie aujourd’hui notre village à Syllacounda Ensuite, Moustapha Baba Guirassy a doté le village d’une pirogue mais sans moteur. C’est seulement ces hommes politiques qui nous ont apporté leur soutien. Nous sommes derrière l’Etat. Nous ne savons pas faire de la politique. Nous ne faisons que voter pour les responsables politiques qui ne règleront rien pour notre village. Le village n’est couvert par aucun réseau téléphonique. Regardez, j’ai un téléphone portable ici, il me faut faire une promenade dans le village pour trouver quelques points de réseau. C’est inadmissible. Nos femmes  ont des problèmes faute de moulins à mil. Bien que nous soyons au bord du fleuve, la question de l’eau au village. Depuis plusieurs années, notre forage est tombé en panne et personne ne nous soutient. La case de santé du village est souvent confrontée à des ruptures de médicaments. Qu’allons-nous faire ? » a  fustigé M Kabaké Diakhité, un notable de Baïtilaye Diakha.

Propos recueillis par Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.