Modern technology gives us many things.

Kédougou : La FAFS en croisade contre les mariages d’enfants

Les membres du Comité de Lutte contre les Violences faites sur les Femmes (CLVF) section FAFS/Kédougou la Fédération des Associations de Femmes du Sénégal viennent d’organiser une causerie au quartier Trypano (Kongori)

Communément appelé Kongori, cette périphérie du quartier Trypano est à l’image d’un gros village. Populeux avec des habitations parsemées ça et là,  Kongori est en proie à la promiscuité et à l’insécurité accentuées par le manque d’éclairage public. Les plus audacieux vont jusqu’à considérer  Kongori  comme un  bout quartier  « sans loi ».

Considérant toutes ces mauvaises étiquettes, le CLVF/Kédougou a décidé de mobiliser les femmes de ce quartier périphérique pour échanger sur un thème d’actualité : Les mariages d’enfants ».Ainsi, les membres du CLVF ont-elles mis l’accent sur les causes, les conséquences et les solutions pour venir à bout de ce phénomène social inquiétant

« Les mariages d’enfants constituent une forme de violation flagrante des droits des enfants. Ce sont des violences faites aux filles. Toute fille qui est donnée très tôt en mariage court beaucoup de risques pour son avenir, sa santé, sa vie. Nous en connaissons quelque chose au niveau du centre de santé. Celles qui sont tombent en état de grossesses finissent par avoir la fistule obstétricale » a averti Mme Fily Damba, animatrice sanitaire au centre de santé de Kédougou

Justifiant les raisons de tels agissements des parents, Mariama Coulibaly a précisé «  Nous n’avons plus le choix de laisser nos filles ainsi. Nous n’avons plus le contrôle sur elles. Nous avons peur qu’elles ne soient engrossées en dehors des liens du mariage. Vous devez nous dire ce qu’il faut faire pour bien les retenir à l’abri des jeunes garçons car elles sont innocentes et fragiles » a-t-elle précisé.

Dans le même sillage, Mme Adja  Oumou Dibassy et Mme Taïba Sidibé ont formulé quelques recommandations aux participantes.

Il s’agit pour les parents de bien éduquer leurs enfants, d’apprendre à dénoncer les auteurs de violences au lieu de les protéger, de briser ce silence complice qui ne fait qu’encourager les malfaiteurs. Il faudra également se confier au niveau de la salle d’écoute pour pouvoir bénéficier de conseils sur les démarches à faire pour que justice soit rendue.

Clôturant cette rencontre Mme Fily Cissokho a rassuré les participantes sur les démarches entreprises par le CLVF pour apporter la bonne information et la formation nécessaire aux communautés pour réduire ou éliminer toutes les formes de violences à l’égard des femmes et des filles.

« Notre combat, c’est de permettre à la femme, à la fille de vivre en toute sécurité, de vaquer librement à ses occupations sans aucune crainte. Les mariages d’enfants constituent un frein pour le développement des enfants. Ce sont des mauvaises pratiques pouvant briser l’harmonie dans les familles.  Nous devrons combattre tous les auteurs de ces formes de violences. Nous allons continuer à sensibiliser les femmes, faire le plaidoyer afin que ces pratiques cessent dans la région de Kédougou surtout dans votre quartier où, il n’y a pas d’électricité » a-t-elle ajouté.

Les membres du CLVF ont promis d’organiser régulièrement d’autres causeries dans les quartiers  de la commune de Kédougou.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.