Modern technology gives us many things.

Kédougou : les élèves dans la rue pour alerter l’opinion publique…

Le mutisme de l’Etat face aux différentes revendications des syndicats d’enseignants a fait sortir de leurs gongs les collégiens et lycéens de la commune de Kédougou. Ils sont descendus dans la rue ce lundi 26 février 2018  pour dire ça suffit…

Las de perdre des heures de cours par semaine, brassards rouges noués autour du poignet ou sur la tête, lés lycéens et collégiens de Kédougou ont battu le macadam ce lundi 26 février 2018 scandant des slogans du genre « Nous voulons étudier dans de bonnes conditions ». Arpentant le tronçon station Shell Lawol Tamba (Gomba) – carrefour de la mairie- Préfecture Kédougou, certains tenaient une banderole sur laquelle on pouvait lire « Etat et Syndicats d’enseignants, sauvons l’Education ». Les pancartes véhiculaient des messages clairs : « Nous voulons étudier », « Nous ne voulons pas être sacrifiés », « Notre place est à l’école et non dans la rue », «  Non à la grève des enseignants » entre autres.

A la préfecture de Kédougou, un mémorandum a été lu et transmis à M Moustapha Diaw, Préfet de Kédougou.

« …Que d’heures perdues. Les élèves sont des victimes. Nous devons payer des pots que nous n’avons pas cassés. Nous nous retrouvons entre le marteau administratif et l’enclume  syndicale. Pour ne pas être une génération sacrifiée c’est pourquoi, nous avons  organisé à l’instar des autres régions du pays cette marche pacifique qui a pour but d’attirer l’attention du public, d’éveiller la conscience de l’opinion, des professeurs, des parents et des décideurs afin de trouver des solutions à cette crise qui n’a que trop duré. Chaque génération a une mission à remplir ou à trahir nous ne voulons pas déroger à la règle. Et nous comptons mettre un terme à notre longue passivité en réagissant tout en revendiquant ce qui nous est dû, notre droit à l’Education. Nous interpellons les deux parties, l’Etat et les syndicats d’enseignants à dialoguer afin de trouver des solutions pour sauver l’année » a confié M Faty Cissokho, le porte-parole des élèves.

Après avoir reçu le mémorandum des élèves, M Moustapha Diaw le préfet de Kédougou a salué l’esprit qui a guidé les élèves.

«Nous avons bien écouté et compris. L’élève est au centre système éducatif. La grève rime toujours avec perte de temps. Vous avez raison, la principale victime c’est l’élève. Nous saluons votre démarche qui est une démarche de responsabilité. On entendait seulement la voix des enseignants et celle des représentants de l’Etat. Nous vous encourageons à réclamer vos droits dans le calme. Le Droit à l’Education est garanti par la constitution. Nous saluons la démarche que vous entreprise en organisant cette marche pacifique. Nous allons transmettre le mémorandum à qui de droit » a souligné Moustapha Diaw, Préfet de Kédougou non sans réitérer un appel aux syndicats auxquels il demande de revoir d’autres formes de lutte  autres que les débrayages, la rétention des notes, les grèves totales qui ne crèveront pas le quantum horaire.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.