Modern technology gives us many things.

Un huissier vend les biens du père d’un détenu

Une décision de justice inique… Qui fait jaser les éleveurs

Le village de Diécoundou, niché dans la forêt entre le département de Guinguinéo et KeurMbouki, est en rébellion. Des bergers peulhs sont révoltés par la contrainte par corps appliquée au père d’un receleur de moutons. En effet, la décision de justice est restée en travers de la gorge de El Hadji Ousmane Ka, le père du receleur qui a été condamné à 2 ans de prison ferme en plus d’une contrainte par corps. Et c’est tout le village de Médina Diécoundou (commune de Ngathie Naodé, département de Guinguinéo) qui s’insurge contre la saisine par huissier de 102 bœufs appartenant au père du receleur de 26 moutons volés. Ils crient à l’injustice et accusent l’huissier

Tout est parti d’un vol de 26 moutons. Au cours de ses recherches, le propriétaire retrouve le bétail perdu entre les mains du fils de Ousmane Bodiel Ka alors que ce dernier procédait à sa commercialisation. Ce dernier dit avoir acheté les moutons. Il désigne quelqu’un comme étant l’auteur principal des faits. Il n’est pas tiré d’affaire pour autant. Les deux mis en cause sont arrêtés. A l’issue du procès, bizarrement, c’est le receleur qui est condamné à 2 ans de prison et à payer 8 millions de dommages et intérêts aux propriétaires des moutons alors que son complice écope de 6 mois de prison ferme. Le tribunal décide alors d’appliquer une contrainte par corps. Sans délai, un huissier entre en jeu. L’autorité judiciaire, en compagnie des gendarmes, débarque, malmène les bergers et arrache la totalité des bêtes du vieux Ousmane Ka, absent des lieux. Les 102 bovins ont été mis aux enchères par l’huissier qui en a vendu plus de la moitié alors que la procédure n’était qu’en première instance. Ousmane Ka engage la bataille en vue de récupérer les bêtes. «J’ai été dépossédé du seul troupeau que j’avais, de toute ma richesse sans aucune forme de procès. Je suis victime d’une injustice flagrante. D’autant plus que rien ne me lie avec mon fils qui a deux épouses. Il a sa propre famille, paie ses impôts et est âgé de 38 ans. Donc, il n’est pas sous ma responsabilité», s’indigne le vieux El Hadji Ousmane Bodiel Ka. Les habitants de Diécoundou et environs sont très décidés à mener la bataille judiciaire.

Les commentaires sont fermés.