Modern technology gives us many things.

Grogne à la ferme ANIDA de Kafesse…

Les travailleurs de la ferme ANIDA de kafesse s’opposent au transfert d’une pompe vers un autre lieu et avertissent.

Le Jeudi 1er Juin 2017 est une journée qu’un agent de l’ANIDA et les travailleurs de la ferme de Kafesse (Bignona) n’oublieront pas aussi rapidement. En effet, ce jour-là, les travailleurs de la ferme regroupés en GIE racontent avoir reçu la visite d’un agent de l’ANIDA qui gère les fermes agricoles au Sénégal. Ce dernier serait venu sur ordre de ses supérieurs pour enlever la pompe secours du forage de la ferme de Kafesse. Les travailleurs ont jugé ce transfèrement douteux et hors des règles qui régissent le fonctionnement et le mode d’administration de ces fermes. La discussion qui a démarré dans le village s’est terminée dans les locaux de la ferme. Face au niet que lui ont imposé les travailleurs, l’agent en question aurait menacé de saisir la gendarmerie et c’est ce qui a irrité davantage les responsables du GIE qui étaient décidés et déterminés à ne pas céder face à la menace. Sachant qu’ils sont dans leurs droits, ils ont maintenu leur position quoi que cela puisse leur coûter. Face leur détermination à mourir ou à aller répondre à la gendarmerie, « le missionnaires » a finalement décidé de saisir ses patrons qui, eux-aussi, n’ont pas réussi à faire changer d’avis aux travailleurs. En fin de compte, le projet de délocalisation de la pompe vers une au ferme dans le nord du pays a été abandonné. Mais les travailleurs ne veulent s’en arrêter là. Ils ont décidé de se faire entendre partout où besoin sera qu’ils ne négocieront plus ce qui leur revient de droit. En outre, ils interpellent l’Etat sur leurs conditions de travail qui sont encore loin de permettre une meilleure production. Pire, les tuyaux du système de goutte à goutte se sont tous détériorés et c’est une menace sérieuse pour la survie de la ferme. Malgré tout, les jeunes hommes et femmes qui y travaillent restent très déterminés à poursuivre ce pourquoi l’Etat et ses partenaires ont implanté ces fermes mais ils sont prêts à tout pour défendre leurs intérêts. En effet, en ce moment, ils mettent sur le marché une grande production de pastèques, de poivron et de gombo en plus de la commercialisation prochaine du piment.

L.BADIANE pour xibaaru.com

1 commentaire
  1. Nfally dit

    Le droit s’arrache et ne se négocie pas.
    Pourquoi déplacer une pompe si elle n’est pas remplacée ?
    Si ces vaillants travailleurs acceptent cette connerie, ils seront les premiers à payer les pots que d’autres (du nord) ont cassés.
    N’acceptez pas.

Les commentaires sont fermés.