Modern technology gives us many things.

Godwin Okoh, le recruteur présumé de Boko Haram dans les nasses de la justice sénégalaise

Arrêté par la police sénégalaise il y a un an, le nommé Godwin Okoh a effectivement admis avoir reçu un acompte de 10.000 dollars d’un membre de l’Etat islamique pour recruter des « Boko Haram » au Sénégal. L’homme a été signalé par l’ambassade de son pays, le Nigeria aux autorités sénégalaises.

Il a été cueilli par les enquêteurs du Point E et placé en garde à vue. Interrogé dans le fond, il a soutenu arriver au Sénégal en provenance du Mali, via la Mauritanie par voie terrestre. Okoh a allégué avoir franchi illégalement la frontière, à Rosso, en profitant d’un moment d’inattention pour se soustraire au contrôle et entre ainsi sur le territoire Sénégalais.

Revenant sur les raisons de son arrestation, il a déclaré que dans le courant du mois de février 2016, il a connu, via Facebook, un Américain dénommé Ayan Mills et que c’est cours de leurs entretiens que ce dernier lui a précisé appartenir au mouvement « Isis » (ndlr, Etat islamique) basé en Syrie. Il a ajouté que ce dernier lui a demandé de l’aider au recrutement d’adhérents, par le net, moyennant la somme de 10.000 dollars, proposition qu’il dit avoir accepté.

Poursuivant, il ajoute selon “Libération”, que c’est alors que cet individu aurait commencé à exercer sur lui un chantage en publiant ses photos pour dire qu’il est membre d’un groupe terroriste.

 

Pressafrik

Les commentaires sont fermés.