Modern technology gives us many things.

Gestion de l‘école : un homme du système met le doigt sur le mal

« DES ENTRAVES A UN SYSTEME EDUCATIF PERFORMANT !
Le pari ambitieux du Programme d’Amélioration de la Qualité de l’équité et de la transparence (PAQUET) est la réalisation d’un système éducatif performant à travers des organes de gestion démocratique mis à la disposition des structures scolaires (parlement scolaire, codec ; Gouvernement Scolaire, Clubs, CAP, OVDS, CELLULE GENRE, CGE ; cercle de perfectionnement de pratiques pédagogiques ; COCE, APE etc. )
La sérénité dans l’école dépend de la fonctionnalité de ces outils. Cela signifie que désormais aucun acteur scolaire ne puisse prendre de décisions unilatérales engageant durablement la structure sans recueillir l’avis de la communauté.
La gestion partagée confère une certaine autonomie aux structures scolaires. L’école est désormais un creuset, un espace de dialogue entre enseignants, enseignés et parents d’élèves : en somme une communauté mobilisée et en synergie pour l’édification d’une école d’excellence.
Aujourd’hui le diagnostic du système révèle des soubresauts qui gangrènent nos établissements à travers des séries de grèves trouvant en partie leur explication dans le fait que les corps émergents ont souvent banalisé l’action de grève : le moindre problème entraine la radicalisation.
Par conséquent, les partenaires se doivent de les comprendre, parce qu’ils sont mis à la disposition du système sans formation pédagogique initiale. D’ailleurs certains éducateurs avertis récusent cette conception, puisque des générations d’enseignants des décennies 1960-1970 ont été ʺcueillies ʺ de façon informelle mis à la disposition de l’école et à la faveur de la formation continuée ils se sont améliorés…. Cependant nous apprécions et magnifions l’excellent travail abattu par un bon nombre d’entre eux, ayant aboutit à l’atteinte des résultats au niveau de l’accès.
Le constat traduit aujourd’hui une triste réalité : « tout le monde n’a pas vocation à enseigner! »
Cette nouvelle génération adhère à la fonction par simple nécessité de survie et non par amour du métier.
L’autre réalité est que l’armada de textes législatifs dissuasifs n’assure plus l’efficacité souhaitée, face à une certaine catégorie d’acteurs complaisants existant jusqu’aux maillons supérieurs du système.
Aussi il est essentiel pour une réussite appréciable du PAQUET dans ses composantes ; bonne gouvernance et gestion axée sur les résultats :
1-Une réelle implication en amont des parents est souhaitée : l’éducation de l’enfant doit être assurée dès le bas âge en lui inculquant des principes de valeurs ; puisque son comportement en aval de la vie adulte est déterminé grandement par l’éducation reçue à ce stade.
2-L’acceptation par l’ensemble de la communauté de promouvoir un cadre de partage démocratique dans l’espace scolaire permettant aux acteurs de mutualiser les bonnes pratiques.
3-Il urge d’abord au niveau des structures scolaires de bénéficier des mêmes intrants de qualité, permettant de résorber le gap de retard infrastructurel dans un grand nombre d’établissements de l’intérieur.
4-Enfin le dernier rempart pour sauver cette grande fonction magister est de constituer un bouclier d’enseignants volontaristes, faisant de ce métier un sacerdoce.
Nous invitons l’ensemble des acteurs à avoir une lecture avisée et consciencieuse des mutations en cours dans le système éducatif »
SOULEYE BARRY Professeur de Sciences de la vie et de la terre
Principal de collège (BIGNONA)

Les commentaires sont fermés.