Modern technology gives us many things.

FEFIFA 2017 : la désintégration de la cellule familiale inquiète les acteurs culturels

C’est parti pour la 3e édition du Festival international du film de famille (FEFIFA). L’ouverture officielle a été lancée hier à la Maison de la Culture Douta Seck. Au menu du programme, projection de film, panel, ateliers, expositions et remise de trophée. L’édition 2017 a été placée sous le thème : “L’éducation familiale en question”. Aussi, les principaux invités de ce festival ont unanimement fait part de leur inquiétude par rapport à la déconstruction du noyau familiale.

La représentante du ministre de la la Femme, de la Famille et du Genre et Directrice de la Famille, Coumba Thiam Ngom, Hugues Dias, représentant du ministre de la Culture et Directeur de la Cinématographie, Yannick Ogandaga, entrepreneur culturel gabonais et le Directeur du FEFIFA, Alassane Cissé, ont tous été unanimes: il faut une sensibilisation pour que les valeurs familiales soient renforcées.

Les intervenants s’inquiètent de l’impact grandissant des réseaux sociaux dans le quotidien des familles. Ce qui creuse un fossé entre les membres de la famille qui ne communiquent plus comme avant. L’individualisation qui prend de grandes proportions au niveau urbain est également indexée. “La famille nucléaire a son importance”, lance M. Cissé. Hugues Dias s’insurge quant à lui contre les émissions qui encouragent les gens à étendre sur la place publique leur linge sale. Ce qui contribue à augmenter le nombre de divorces. Pour lui, la quête des identités est indispensable pour améliorer les sociétés.

“Les valeurs familiales sont les plus importantes dans une société”, a dit M. Ogandaga qui estime que ce festival est bienvenu. D’ailleurs, il a saisi l’occasion pour faire une exposition de sa marque de vêtements dédiée à la famille et à la jeunesse. Les fonds issus de cet exposition serviront à venir en aide aux jeunes mineurs incarcérés dans la prison centrale de Libreville.

Les commentaires sont fermés.