Modern technology gives us many things.

Exposition : Fatou Sylla fait découvrir l’art ivoirien aux Américains

Belle initiative que celle prise par l’industrielle Fatou Sylla, de faire découvrir aux Américains l’art ivoirien. Depuis 2014, à travers la Fondation qui porte son nom, elle expose plus de mille pièces constituées de statuettes, masques et autres objets sculptés dans du bois, dans le hall de l’ambassade de la Côte d’Ivoire à Washington, DC . Une exposition de haut niveau qu’a visité le ministre des transports Amadou Koné, jeudi dernier, au nom du Président Alassane Ouattara, après la signature de l’accord de don du Millennium Challenge Corporation, à la Côte d’Ivoire. Il était accompagné de Moctar Touré, directeur de cabinet adjoint du Premier ministre. C’est tout le pays qui est ici représenté, du nord au sud en passant par le centre, l’est et l’ouest. Des ouvres aussi célèbres que la symbolique qu’elles incarnent. On peut citer l’imposante statue de la reine Abla Pokou, tenant son bébé dans les bras, qui se dresse juste à l’entrée du hall, comme pour dire Akwaba à tous ceux qui franchissent la porte d’accès. Plus loin, se tiennent un danseur du célèbre masque Zaouli, des masques Dan, Wê, Sénoufo, Bété… et diverses autres statuettes représentant des hommes, des femmes et des chefs akan, tous habillés dans des vêtements traditionnels. Impressionné aussi bien par le nombre que la diversité des ouvres, le ministre des transports a dit toute la satisfaction et la fierté qu’il éprouvait de se trouver là. Au milieu de tant de sculptures donnant le sentiment au visiteur d’être dans un musée. D’où l’engagement qu’il a pris de se faire le porteparole de la Fondation Fatou Sylla auprès de ses collègues de la culture et du tourisme. Afin que l’un et l’autre apportent leurs appuis à l’initiatrice. Laquelle aspire à ouvrir une grande galerie de l’art ivoirien à Washington ou encore une grande « maison de la Côte d’Ivoire », servant à la promotion touristique et artistique du pays. En attendant, chaque jour qui passe selon Fatou Sylla, voit les touristes, les ambassadeurs et autres habitants de la capitale fédérale des États-Unis, venir découvrir l’art ivoirien et surtout acheter des pièces.

 

Lebanco

Les commentaires sont fermés.