Modern technology gives us many things.

El Hadji Diagola appelle les Africains à s’opposer à la nouvelle domination occidentale du continent, à se soulever

El Hadji Diagola est un journaliste et romancier sénégalais. Dans « Il est temps de se réveiller », roman publié aux éditions Menaibuc (France), Diagola, lors d’une table ronde avec comme thème : écrit journalistique et la littérature en Algérie du 30 octobre au 02 novembre dans le salon international du livre d’Alger, appelle les Africains à s’opposer à «la nouvelle» domination occidentale du continent, à se soulever.
«Nous subissons des manipulations occidentales en Afrique. Mon livre montre comment les Africains ont été influencés et comment les pouvoirs en Afrique peuvent éviter les pièges dressés par l’Occident. La jeunesse africaine doit se réveiller pour que nos pays décollent en évitant justement ces pièges. Pour moi, l’Occident a formé les dirigeants africains pour qu’ils continuent le sale boulot en Afrique», estime El Hadji Diagola. Le Sénégalais, El Hadji Diagola, est installé en France depuis quatorze ans et a emprunté la voie du journalisme depuis une vingtaine d’années. Après avoir été journaliste indépendant, il a été correspondant de l’Agence de presse sénégalaise en France. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « Pour le meilleur de la paix », « Merci les femmes ! » « Un Noir à l’Elysée », « Un célibataire à l’Elysée », « Un président fou », « Ma femme m’a sauvé la vie » et « Il est temps de se réveiller ». Il estime, en effet, que le journaliste peut accéder à la littérature. Il a eu un penchant pour la littérature à un âge assez précoce, car devenir un écrivain était l’un de ses rêves. L’écrivain et poète sénégalais, Léopold Senghor, est pour lui une référence uniquement dans la littérature. «J’ai choisi de devenir journaliste pour améliorer mes connaissances sur le terrain. Le journalisme est un passage obligatoire pour aller vers la littérature. Dans le journalisme, nous sommes trop pris par le temps. Nous sommes limités en termes de mots, quand nous travaillons pour un organe gouvernemental. Je suis obligé de me conformer à la ligne éditoriale. Par contre, quand je fais des piges ailleurs, j’attaque le gouvernement. Je dis toute la vérité, preuves à l’appui», déclare-t-il. Sa littérature est tellement engagée que certaines maisons d’édition françaises refusent de l’éditer. «Ma passion, c’est l’écriture. Je veux laisser des traces. Ma conception de la littérature, c’est d’éveiller les consciences. Dans la littérature, je dis tout ce que je veux dire. Je suis passé du journalisme d’information à la littérature engagée. Aujourd’hui, le journalisme est une voie pour aider les autres. La littérature, c’est autre chose», ajoute-t-il.

Les commentaires sont fermés.