Modern technology gives us many things.

Ebola est de retour en Afrique : cinq choses à savoir sur le virus

Trois ans après la dernière épidémie, le virus Ebola vient de réapparaître dans le nord de la République Démocratique du Congo. Le gouvernement congolais, qui recense déjà trois décès depuis le 22 avril, a fait appel à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour enrayer la propagation. LCI fait le point sur un virus qui a déjà tué plus de 10.000 personnes à travers le monde.

Le virus Ebola, le cauchemar de l’Afrique. En 2015, un bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révélait que l’épidémie avait affecté 24.350 personnes à travers neuf pays et causé la mort de 10.004 personnes. Grâce à l’aide internationale, les pays concernés étaient parvenus à stopper la propagation du virus, sans totalement le faire disparaître.

Preuve en est avec sa réapparition dans le nord de la République Démocratique du Congo. Depuis le 22 avril, Ebola a déjà tué trois personnes sur neuf cas suspectés, poussant le gouvernement a demandé l’aide de l’OMS.

Tour d’horizon de ce qu’il faut savoir sur un virus des plus meurtriers.

Qu’est-ce que le virus Ebola ?

C’est un type de fièvre hémorragique causée par une infection due à un virus de la famille des filoviridès. Jusqu’ici cinq types de virus ont été identifiés : Zaïre, Soudan, Bundibugyo, forêt de Taï, Reston. Parmi eux, les quatre premiers sont potentiellement mortels pour l’homme. Un des tests réalisés ces derniers jours sur les patients s’est révélé être positif « au virus Ebola, stéréotype Zaïre », a indiqué le Dr Oly Ilunga Kalenga, ministre de la Santé publique de la RDC. Il s’agit donc la même souche qui a été identifiée lors de la précédente épidémie.

Comment se transmet-il ?

Le virus Ebola se propage d’un individu à l’autre par contact direct, donc soit par des fluides corporels -tels que le sang, la salive, l’urine, le sperme- ou par des objets contaminés comme des aiguilles. En revanche, il ne se transmet pas dans l’air comme la grippe, par simple contact avec une barre de métro, par échange d’argent, par les moustiques ou par la natation en piscine.

Quels sont les symptômes ?

Après une période d’incubation comprise entre deux et vingt-et-un jours, une personne contaminée par le virus présente certains signes, même si ce n’est pas toujours le cas. Parmi eux, de la fièvre, une grande fatigue, des maux de têtes ou des douleurs musculaires et articulaires, qui s’accompagnent de vomissements, de diarrhées et d’une éruption cutanée. Dans les cas les plus graves, une insuffisance rénale et hépatique peut apparaître et, dans certains cas, des hémorragies.

Quand est-on contagieux ?

Un patient n’est pas contagieux pendant la période d’incubation, mais seulement lorsqu’il manifeste les symptômes. Ensuite, les personnes concernées peuvent transmettre le virus aussi longtemps qu’il est dans leur sang ou dans leurs sécrétions. Ebola a notamment été détecté dans le sperme jusqu’à plusieurs mois après la guérison de personnes contaminées.

Mais attention, le simple fait de revenir d’une zone à risque ne veut pas dire que l’on est malade et contagieux.

Peut-on soigner le virus d’Ebola ?

Il  n’existe ni vaccin, ni traitement homologué par les services sanitaires mais des traitements expérimentaux sont disponibles en France. Malgré tout, les chances de guérison sont beaucoup plus élevées dans l’Hexagone que dans les pays d’Afrique, grâce à une meilleure prise en charge. Plus tôt une personne est traitée, plus elle a de chance d’être guérie. En cas de doute, mieux vaut appeler le 15 si l’on est rentré d’un pays touché par Ebola depuis moins de 21 jours et que l’on a une fièvre supérieure à 38°C.

Lci

Les commentaires sont fermés.