Modern technology gives us many things.

La dépendance au jeu vidéo est un trouble mental selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé lundi d’inclure le «trouble du jeu vidéo» à la 11e révision de la Classification internationale des maladies (CIM-11).

L’agence onusienne a expliqué que la classification du «trouble du jeu» en tant que condition distincte «servira un objectif de santé publique pour que les pays soient mieux préparés à identifier ce problème». Ajoutant aussi que cela aidera les gouvernements, les familles et les travailleurs de la santé à être plus vigilants et prêts à identifier les risques. Mais l’agence et d’autres experts ont rapidement noté que les cas de maladie sont encore très rares, avec pas plus de 3% de tous les joueurs qui seraient affectés.

La docteure Bowden-Jones a indiqué que les dépendances au jeu étaient généralement mieux traitées avec des thérapies psychologiques, mais que certains médicaments pourraient également fonctionner.

Le Dr Shekhar Saxena, directeur du département de l’OMS pour la santé mentale et la toxicomanie, a déclaré que l’agence acceptait la proposition selon laquelle le trouble du jeu devrait être répertorié comme un nouveau problème basé sur des preuves scientifiques, en plus du besoin de traitement dans plusieurs parties du monde.  »

Le Dr Joan Harvey, une porte-parole de la British Psychological Society, a averti que cette nouvelle pourrait causer des inquiétudes inutiles chez les parents.

«Les gens doivent comprendre que cela ne signifie pas que chaque enfant qui passe des heures dans sa chambre à jouer à des jeux est un accroc, sinon les médecins vont être inondés de demandes d’aide», a-t-elle dit.

D’autres se félicitent de la nouvelle classification de l’OMS, estimant qu’il est essentiel d’identifier rapidement les personnes accrochées aux jeux vidéo, car ce sont généralement des adolescents ou de jeunes adultes qui ne cherchent pas d’aide eux-mêmes.

«Nous rencontrons des parents qui sont désemparés, non seulement parce qu’ils voient leur enfant abandonner l’école, mais parce qu’ils voient s’effondrer toute une structure familiale», a déclaré la Dr Henrietta Bowden-Jones, porte-parole des addictions comportementales au Royal College of Psychiatrists de Grande-Bretagne. Elle n’était pas liée à la décision de l’OMS.

L’American Psychiatric Association n’a pas encore considéré le trouble du jeu comme un nouveau problème de santé mentale. Dans un communiqué de 2013, l’association a déclaré que c’était «une condition justifiant plus de recherche clinique et d’expérience avant d’être considérée pour l’inclusion» dans son propre manuel de diagnostic.

Le Dr Mark Griffiths, qui fait des recherches sur le concept du trouble du jeu vidéo depuis 30 ans, a déclaré que la nouvelle classification aiderait à légitimer le problème et à renforcer les stratégies de traitement.

« Le jeu vidéo est comme un jeu non financier d’un point de vue psychologique », a déclaré Griffiths, éminent professeur d’addiction à l’Université de Nottingham Trent. « Les joueurs utilisent l’argent comme un moyen de garder le score alors que les joueurs utilisent des points. »

Il a deviné que le pourcentage de joueurs de jeux vidéo ayant un problème compulsif était probablement très faible – beaucoup moins de 1% – et que beaucoup de ces personnes auraient probablement d’autres problèmes sous-jacents, comme la dépression, le trouble bipolaire ou l’autisme.

Griffiths a déclaré que jouer à des jeux vidéo, pour la grande majorité des gens, est plus sur le divertissement et la nouveauté, citant la popularité écrasante de jeux comme « Pokemon Go ».

« Vous avez ces explosions courtes et obsessionnelles et oui, les gens jouent beaucoup, mais ce n’est pas une dépendance », a-t-il dit.

 

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.