Modern technology gives us many things.

Déficit de Kinés au Sénégal : les spécialistes appellent l’Etat à revoir sa copie

En tournée nationale depuis quelques temps, l’Association sénégalaise des kinésithérapeutes (Askir) a bouclé son périple ce samedi à Sédhiou. Cette occasion a été saisie par son président, Cheikh Seck, pour déplorer le nombre insuffisant de spécialistes de ce domaine, et décliner leurs ambitions.

“es kinésithérapeutes souhaitent une «harmonisation des curricula de formation aussi bien des kinés, mais aussi, des renforcements dans le cadre de la prise en charge des malades”, a déclaré Cheikh Seck ce samedi à Sédhiou.

Cette étape qui constitue la dernière de leur tournée nationale, leur a permis de faire le bilan de leur démarche. Lequel bilan fait état d’un manque criard de spécialistes de leur domaine dans les structures sanitaires du Sénégal. Pourtant, relève M. Seck, leur discipline est «transversale parce qu’elle regroupe plusieurs branches parmi lesquelles «la rééducation cardiaque, la neurologie avec les accidents vasculaires cérébraux (AVC) qui parfois ont des conséquences sur le plan de motricité avec les paralysies… ».

Poursuivant, il déplore «le nombre extrêmement insuffisant de kinés», notamment à Sédhiou avec un seul Kiné, de même qu’à Kolda. Mais, relève-t-il, la région de Kédougou est la plus mal lotie avec zéro kiné. Ce qui, a selon lui, des conséquences.

Face à cette situation, M. Seck a appelé l’Etat à l’aide pour des formations de capacitation, appui l’apport dont ils bénéficient déjà de la part de Handicap International et de l’Usaid.
M. Seck a par ailleurs fait état de leur ambition d’intégrer la fédération internationale des physiothérapeutes et leur dossier serait déjà ficelé.

Pressafrik

Les commentaires sont fermés.