Modern technology gives us many things.

Conférence de L’As Quotidien et le Club Convergences Plurielles : L’éducation au menu

Une conférence est organisée par L’As Quotidien et le Club de Convergences Plurielles. Vu les problèmes qui secouent le système éducatif sénégalais  et qui ont fait couler  beaucoup d’encre et de salive, ils ont jugé nécessaire de choisir ce thème : Quelles solutions novatrices pour l’école publique ? ». Pour essayer de trouver des solutions.

Pour animer cette conférence, il y avait des intervenants comme Mathiam Thiam, Fatou Sow Sarr (sociologue) et comme modérateur Mame Less Camara, Journaliste.

Cette conférence a réuni des professeurs, des sociologues, des journalistes, des étudiants, des élèves, etc.   pour un débat d’idées et une séance de questions réponses pour mieux cerner le sujet.

«  L’éducation n’est pas l’affaire d’un d’Etat mais plutôt de la société parce que l’Etat est éphémère alors que l’éducation demande des raisonnements techniques ou tout le monde doit y avoir une main mise pour le développement de l’éducation », explique Abdou Salam Sall ex Recteur de l’Ucad.

Pour lui, il faut   donner à l’éducation la place qu’elle mérite, outiller la presse, créer une radiotélévision dédiée à l’éducation, le respect, la foi, la créativité et la solidarité. Poursuivant, M. Sall démontre que l’Etat doit privilégier l’éducation, respecter l’éducation de base mettre en place un dispositif efficace de formation, créer une structure d’information et d’orientation  pour les Etudiants. A cela s’ajoute la promotion de la création d’entreprises pour prôner l’entreuprenariat.

Selon l’ex recteur de l’Ucad, l’Etat doit être présent partout pour une bonne orientation et pourtraiter les causes et, ensuite, définir un temps de travail. «  La clé  de voûte d’un système éducatif ce sont les enseignants. Donc, estime-t-il, ces derniers méritent d’être bien formés parce qu’ils sont des références  ». dit-il.

Sur la même lancée, Mathiam Thiam (Inspecteur de l’Education)  insiste sur l’apprentissage de la langue française et la réhabilitation de l’enseignement pour augmenter le niveau de français qui, selon lui, est très faible.

 

Fatou Thiaw (Stagiaire)

Les commentaires sont fermés.