Modern technology gives us many things.

« Carnage » de la corniche : des plaintes auprès de l’OFNAC en gestation

La Plateforme pour l’Environnement et la Réappropriation du littoral (PERL) va porter plainte contre le Groupe Terrou Bi, la société Eco-Loisirs mais aussi le maire de Fann/Point-E, Palla Mbengue. Ces derniers sont accusés de bradage et de construction anarchique sur le littoral. Les membres de la plateforme étaient en conférence de presse cet après-midi avec un de leurs avocats.

« Des autorisations de construire ont été délivrées, elles datent de deux ans. Et le bradage a repris de plus belle. On a porté plainte auprès de l’OFNAC parce qu’il y a des fonctionnaires qui distribuent des terrains à des tiers qui eux les reprennent pour les vendre au plus fort.  Mais le scandale c’est que l’on brade des terres qui peuvent appartenir à tous. C’est le carnage de la corniche, nous avons commis des avocats qui vont déposer une plainte contre le Terrou Bi mais aussi le maire de point E, Palla Samb qui a délivré les autorisations de construire et nous allons démarrer une procédure judiciaire » a révélé Pierre Goudiaby Atépa, membre de la PERL.

Me Massokhna Kane, à lui avertit les potentiels acquéreurs d’un risque de remise en cause de ces « biens ». «  Il faut se projeter sur l’avenir pour savoir que ce qui est en train d’être fait aujourd’hui est criminel, il s’agit d’un bien public. On est en train de se partager le littoral à des fins purement mercantiles et commerciales. Dans aucune grande démocratie on ne voit cela.  J’avertis ce qui sont en train d’acquérir sur le littoral que tôt ou tard, ça va être remis en cause. Parce qu’il y a ce que l’on appelle des lois de réappropriation parce que le peuple va se réapproprier ce bien commun. Il faut que ces personnes sachent qu’ils sont en train d’acquérir mais demain ce sera mis en cause forcement » a-t-il dit.

Des procédures vont être engagées, en plus de la plainte a-t-il ajouté. «  Même si on doit entamer des procédures sur le plan international on le fera» fera savoir l’avocat. Le scandale tourne autour d’un trou de 40.000 m2 cédé à environ 100 millions et revendu par des tiers à environ 30 milliards…

Dakaractu

Les commentaires sont fermés.