Modern technology gives us many things.

Un cadre sénégalais a subi une violente agression sur l’autoroute à péage

Au moment où les frères Mballo étaient victimes d’un accident mortel sur l’autoroute à péage, un citoyen sénégalais vivant en France et en séjour à Dakar pouvait lui aussi perdre la vie à la suite d’une agression perpétrée sur sa personne non loin du poste de péage de Thiaroye. Les deux événements ont eu lieu au même moment, et les victimes ont été acheminées au Centre Hospitalier Universitaire de Pikine par les sapeurs-pompiers au même moment. Ils ont été admis dans la même salle d’urgence et ont bénéficié des mêmes soins par les mêmes médecins. Voici le récit de ce compatriote qui a souhaité conserver l’anonymat.

éroulé des faits

« C’est dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 mai 2018, vers 0 heure 40 minutes, que j’ai été victime d’une agression physique sur l’autoroute à péage. J’avais garé ma voiture sur l’emplacement d’arrêt d’urgence situé juste après la signalisation du poste de péage de Poste Thiaroye, dans la direction Dakar-Thiès, à 1000 mètres dudit péage.

Profitant de cet arrêt involontaire du véhicule causé par une panne soudaine, des agresseurs, au nombre de trois à première vue, escaladent le mur qui sépare l’autoroute à péage des habitations. Ils se jettent ensemble sur moi et tentent de me neutraliser en me plaquant au sol. L’un d’eux tient un objet qui ressemble à couteau, je n’en suis pas sûr. Un moyen de m’intimider afin de me tenir à carreau. Mais je décide de ne pas me laisser faire.

Après avoir résisté tant bien que mal, je réussis à me sortir de l’étreinte des deux agresseurs, puis je me suis éloigné en leur abandonnant mon véhicule, au pas de course. Pieds nus, blessé à la main gauche, je me suis dirigé vers la gare de péage de Thiaroye situé à environ un kilomètre de là. Arrivé au poste de péage, je rencontre deux agents de sécurité à qui je relate les faits.

Dans un premier temps, ils acceptent de m’accompagner jusqu’au lieu de l’agression pour que je récupère mes affaires personnelles que ces agresseurs auront bien voulu me laisser. Puis, ils se ravisent, au prétexte qu’ils n’ont pas le droit d’aller au-delà du poste de péage sous peine d’être licenciés par l’entreprise SENAC, leur employeur.

Dégâts corporels et matériels.

Dakarbuzz

Les commentaires sont fermés.