Modern technology gives us many things.

Bignona : L’ANRAC construit le mur de clôture d’une école vieille de 84 ans

Le Secrétaire général de l’agence pour la relance des activités économiques et sociales en Casamance a inauguré Samedi, le mur de clôture réalisé par l’ANRAC à l’école Séckou Mbary Djiba de Thionck Essyl. L’infrastructure a coûté 20 millions de FCFA et va permettre selon Ernest Abou Sambou SG de l’ANRAC d’améliorer les performances scolaires mais aussi permettre à l’établissement d’avoir de la valeur ajoutée par le développement d’activités agricole comme le maraîchage à l’intérieur de l’école. Ce mur construit par l’ANRAC soulagent l’école et ses occupant et constitue, par la même occasion un intrant de qualité, a indiqué le directeur de l’école Youba Badji. Désormais, les cours de cette école ne seront plus perturbés par les animaux en divagation, les passant mais l’école n’est plus menacée par le ruissellement des eaux pluviales qui la traversaient. L’établissement qui était à la merci des cambrioleurs est dorénavant sécurisé.
Le Secrétaire Général de l’ANRAC  a profité de cette occasion pour revenir sur les axes prioritaires que l’agence a retenus pour soulager les populations casamançaises en 2018 conformément à la volonté du Chef de L’Etat. Ernest Abou Sambou a dévoilé les actions prévues à travers le pilotage du plan d’action stratégique de l’Etat, la mise en œuvre d’actions de réinsertion et de réintégration socioéconomique des groupes vulnérabilisés par le conflit, des activités de communication pour rendre visibles les réalisations de l’Etat en Casamance. Dans le cadre de l’accompagnement du retour des déplacés à cause du conflit l’ANRAC veut aller au-delà de donner juste des tôles ou aider à la construction d’habitats. L’agence va mettre en place un dispositif de soutien à l’activité de subsistance comme la mise en place de blocs maraîchers à travers la Casamance naturelle particulièrement les zones les plus touchées par le conflit.

L.BADIANE pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.