Modern technology gives us many things.

Meurtres d’étudiants : à quoi servent les franchises universitaires ?

0

Le Sénégal est encore endeuillé par la perte d’un de ses enfants. Des gens meurent tous les jours, pourrait-on objecter, mais les circonstances dans lesquelles ces décès surviennent font toute la différence. Mourir pour avoir réclamé une bourse, c’est inacceptable.

Les bavures policières ont augmenté dans les campus depuis qu’on a donné aux forces de l’ordre l’autorisation de violer les franchises universitaires. Ces dernières servaient justement à protéger les étudiants et d’éviter aux forces de sécurité des procès. Ce, si l’on sait que ceux qui donnent l’ordre de tirer ne sont jamais inquiétés. Au contraire, ce sont ceux qui vont au charbon qui sont les seuls à payer.

Au Sénégal, on dirait que les grenades lacrymogènes ne suffisent plus aux policiers pour maintenir l’ordre. Sinon pourquoi tirer à balles réelles sur des étudiants armés de pierres ? C’est à n’y rien comprendre. On poursuit les étudiants jusque dans leurs chambres pour les brutaliser. Et la plupart du temps, ce sont ceux qui ont choisi de ne pas aller au front qui se font violenter puisque ceux qui y étaient ne retournent au campus social que quand les choses se calment.

Il faudrait repenser la formation de nos forces de l’ordre. Car, depuis quelques années, les incidents, souvent meurtriers, se multiplient. Le maintien de l’ordre exige du sang froid. En plus, ce n’est pas l’usage d’armes à feu qui va arrêter les populations quand elles voudront se faire entendre. L’Etat doit impérativement prendre des mesures pour éviter qu’un tel gâchis de se reproduise. Balla Gaye, Bassirou Faye, Fallou Sène ne s’attendaient pas à tomber sous les balles en s’inscrivant à l’université. Aucun étudiant ne mérite de mourir dans de telles circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.