Modern technology gives us many things.

Ateliers d’écriture de la francophonie, Kédougou joue sa partition

L’école Marcel Paravy de Kédougou vient d’abriter des ateliers d’écriture de la francophonie au profit des élèves du cours moyen. C’est une initiative du bureau du représentant personnel du chef de l’Etat auprès de la francophonie.
Ils sont 24 enfants des écoles élémentaires de la commune de Kédougou à bénéficier de ces ateliers d’écriture financés par l’Organisation Internationale de la Francophonie. Quatre jours durant (du 22 au 25 septembre 2014), encadrés, par le professeur Marouba Fall, l’artiste Félicité Codjo, des enseignants et des membres de l’Association pour la Création Littéraire chez les jeunes (ACLJ/Kédougou), les enfants ont été familiarisés avec les ressorts de l’univers de la création littéraire.
Il s’agit également de permettre aux enfants de maitriser davantage le français, de renforcer la francophonie au niveau des jeunes du Sénégal et la culture générale des jeunes puis créer le terreau de futurs écrivains.
Le choix porté sur Kédougou n’est point fortuit
« Le chef de l’Etat a voulu que tout le Sénégal sache qu’il y a une manifestation d’envergure internationale qui va se passer dans notre pays. Il a voulu véritablement que les populations puissent participer à cet événement qui est l’un des événements les plus marquants de sa magistrature. C’est pourquoi, le bureau du représentant personnel du chef de l’Etat auprès de la francophonie a choisi les régions les plus excentrées pour organiser ces ateliers d’écriture » a souligné Mme Rita Preira chargée de mission à la présidence.
Il faut dire que seules les régions de Saint-Louis (Rosso Sénégal), Kédougou, Kolda et Kaolack(Nioro) ont été choisies pour abriter ces ateliers d’écriture de la francophonie.
Le français n’est qu’un instrument…
kédougou francophonie 1« C’est vraiment pour armer nos enfants, le français n’est pas notre langue. C’est la langue qui nous permet de communiquer avec d’autres peuples.il faudrait que nos enfants, en plus de nos langues maternelles, puissent posséder cet instrument. Le français n’est qu’un instrument» a indiqué Mme Preira.
L’encadrement rapproché du professeur Marouba Fall et de l’artiste Félicité Codjo a favorisé l’émulation de la vertu créatrice et imaginaire chez les enfants. Ainsi ont-ils produit et illustré quatre contes intitulés : Le salaire du paresseux, Le message du tambour royal, L’enfant et le collier, L’hyène voleuse de veaux.
Naturellement, un climat d’échanges fructueux s’est instauré entre les participants d’âges et de niveaux scolaires différents. Ils ont également su développer le sens de la communication, le goût de la lecture et de l’écriture. La mise à l’essai de ces productions pendant la cérémonie de clôture a surpris l’assistance.
Donner une suite à ces ateliers
«Je félicite les élèves pour la qualité de leurs productions. La qualité de ces productions montre qu’il y a de bons élèves à Kédougou. Il faut qu’on noue un partenariat fécond pour l’avenir parce que c’est décevant si cette activité s’arrête là. Je pense déjà au 20 mars, essayer de faire quelque chose par rapport à cette journée de la francophonie » a plaidé M Bou Fall, inspecteur de l’Education et de la Formation de Kédougou.
El hadj Ndao, l’inspecteur d’Académie de Kédougou a salué l’organisation de tels ateliers d’écriture qui permettent le renforcement de capacités des enseignants et des élèves. Ils permettent également de développer l’esprit créatif. Il a remercié les initiateurs pour le choix porté sur Kédougou.
Organiser des concours d’écriture au niveau local
M Samba Adolphe Sidibé, adjoint au préfet par ailleurs représentant du gouverneur a manifesté toute la disponibilité de l’administration à accompagner ces genres d’initiatives au niveau local. Il a également exhorté les chefs d’établissements, les directeurs d’écoles et les enseignants à redoubler d’efforts dans la transmission du savoir. « L’opportunité offerte à nos élèves devrait être une continuité. Il serait souhaitable d’organiser un concours d’écriture au niveau local .C’est un défi qui permettra aux enfants de se surpasser » a-t-il suggéré.
Cette marque de sympathie de la part du chef de l’Etat, à travers son représentant personnel auprès de la francophonie et le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie resteront à jamais gravés dans la mémoire des habitants de Kédougou, région jadis oubliée.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.