Modern technology gives us many things.

Photos- Atelier de la CJRS- Les maux des universités Sénégalaises mis à nu

Pour permettre aux journalistes de mieux s’imprégner de la situation des universités Sénégalaises, la Convention des jeunes reporters( CJRS) a organisé un atelier en collaboration avec les Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES). Les professionnels des médias ont, durant deux jours échangé avec les enseignants du supérieur sur les difficultés auxquelles ces derniers font face.

Selon Pape Ndiaye, Président de  la  CJRS « il s’agit d’un rendez-vous pour renforcer les capacités des journalistes spécialisés sur les question liées à l’enseignement supérieur. Il ya beaucoup de préoccupations qui ont été préalablement définies par les journalistes, notamment, le statut juridique des universités publiques, la question relative à la gouvernance universitaires mais, également, d’autres préoccupations liées à l’enseignement supérieur ».

D’où le besoin d’organiser cette rencontre : « Donc, nous avons, conjointement, décidé de tenir cette activité pour non seulement, renforcer leur capacité mais, également, combler un vide laissé par les institutions privées et publiques de formation en journalisme. La spécialisation n’est pas prise en compte durant la formation initiale des journalistes, c’est une fois sur le terrain que les journalistes commencent à se spécialiser. Et c’est dans ce cadre que nous avons décidé d’organiser cette activité avec le SAES », a ajouté M. Ndiaye.

Pour sa part, le Pr. Malick Fall, secrétaire général du SAES  dira: «  Nous avons passé deux jours avec les journalistes pour essayer, ensemble, de voir la situation qui prévaut dans les universités et aussi sur les maux qui gangrènent les universités ».

Globalement, les débats ont tourné autour des maux qui assaillent les différentes universités que sont, entre autres, le problème de l’exécution budgétaire, le déficit des infrastructures, le déficit en personnel enseignant (1 enseignant pour 80 à 90 étudiants),  les statistiques sur la part qui revient à l’enseignement supérieur dans le PIB mais aussi, dans le budget globale de fonctionnement des universités (qui tourne autour de 0,5% ce qui est en deçà des normes de l’OCDE qui fixe la part du PIB à 2 ou 3%).

 

Les commentaires sont fermés.