Froideur ou paroxysme du sadisme ? Difficile de qualifier l’acte d’Ibrahima Goudiaby jugé par la Chambre criminelle de Dakar, pour assassinat suivi d’acte de barbarie et vol aggravé. Ce dernier a porté atteinte à la vie de sa tante en lui donnant 17 coups de couteau avant de lui fracasser la tête avec une bonbonne de gaz.

Le 1 septembre 2011, la gendarmerie a été informé de la découverte de cadavre à Zac Mbao. la victime a été identifiée comme étant Hélène Goudiaby, née le 26 janvier 1952 et vivant seule dans son domicile. Elle a été tuée et cachée dans la malle arrière de son véhicule.

Après une enquête poussée, Ibrahima Goudiaby, neveu de la victime reconnait avoir asséné 17 coup de couteau à sa tante. « J’avais besoin d’argent à la veille de la Korité. Quand j’ai escaladé le mur, je suis entré dans la salon, je croyais que ma tante dormais mais elle a senti ma présence et s’est réveillée. Elle a commencé à crier au voleur. Et quand elle s’est approchée de moi, j’ai pris le couteau qui était sur la table à manger et, sous le coup de la panique, j’ai agi. […]. Pour l’achever, je lui ai donné deux coups sur la tête avec une bonbonne de gaz… », a expliqué l’accusé, rapporte Vox Pop repris par Senenews.

Ibramima Goudiaby sera fixé sur son sort le 2 janvier 2018. Il risque la perpétuité.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here