Modern technology gives us many things.

Les alentours du Stade Iba Mar Diop, pas encore pavés, pourquoi? Par Serigne Babacar Dieng

S’il y a des realisations faites par un maire et utiles pour la société, c’est bien Khalifa Ababacar Sall, le prisonnier politique. Et si sa cote de popularité est montée en flèche, c’est grâce à son dévouement de déguerpir les marchands ambulants, les tabliers, les mécaniciens, les menuisiers, les laveurs de voiture,
La capitale sénégalaise souffrait vraiment d’encombrements et d’occupations anarchiques sur la voie publique par certains compatriotes et toutes les belles victoires du maire de Dakar, il les doit à ses déguerpissements tous azimuts et aux pavages des rues. On a qu’à se déplacer pour voir de nos propres yeux, la transformation paradisiaque de certains endroits qui étaient en piteux états comme les 2 voies de Liberté 6, de Sacré Cœur, des avenues Ponty et Peytavin, des Places de l’Obélisque et de l’Indépendance, pour constater que le Maire de Dakar travaille vraiment pour nous. Mais le hic, c’ est que le pavage des contours du Stade Iba Mar Diop tarde à se réaliser alors presque toutes les artères de la capitale ont bénéficié de ce joyau qui a couté au contribuable plus de 59 milliards: il y a lieu de se demander pourquoi un tel édifice qu’est le Stade où se tienne les galas de lutte, n’est pas encore pavé jusqu’à présent? A-t-il peur de déguerpir les Sorciers qui occupent ses alentours vendant des gris-gris, des talismans et accessoires mystiques (cornes, sabots, peaux d’animaux, cauris etc.) et qui ne riment pas à nos croyances divines. Des fois, on devrait se demander si les sénégalais (95% musulmans) qui achètent ces fétiches comme des petits pains, croient en Dieu et Ses Sourates (Falakhi et Nassi), efficaces pour la protection contre le Mal, Satan, les Djinns et les Hommes quand ils envient. 
Comment le maire Khalifa Sall ne peut pas faire cette remarque alors que le stade se trouve  à deux pas de l’Hôtel de Ville, là où il siège ou bien c’est un oubli du maitre de l’ouvrage ou bien ils veulent pérenniser l’intégration africaine en les laissant tranquille mais ne serait-il judicieux qu’il déplace ces vendeurs de porte-bonheurs et de porte-malheurs, pour ne pas dire déguerpir, juste quelques jours, le temps d’installer ses fameux pavages sur le passage-piéton. après tout ils pressentaient son seul bilan nécessitant aucune publicité aux yeux de ses concitoyens.Tout de même, on lui souhaite vivement une sortie honorable mais il aura du pain sur la planche après sa libération tant attendu par des milliers de sénégalais…
Serigne Babacar Dieng   

Les commentaires sont fermés.