Modern technology gives us many things.

Du système éducatif sénégalais : exigences d’un choix entre le probable et le souhaitable

Depuis plus de trois décennies, le secteur de l’Éducation nationale au Sénégal a été périodiquement secoué par une série de crises aux allures multidimensionnelles. A l’analyse de la situation actuelle, l’on pourrait soutenir que la bureaucratie risque de perdurer durant les dix prochaines années et donc, de faire maintenir le statu quo.

Il semble ressortir de ce constat un manque notoire de croyance aux vertus de l’Éducation et de la Formation si indispensables à la valorisation du capital humain, facteur déterminant de l’insertion économique et sociale des ressources humaines et d’une croissance à long terme. Cette forme de gouvernance bureaucratique de l’école, longtemps décriée par les acteurs continue de dominer au sein du système éducatif et permet d’affirmer qu’elle ne sera pas porteuse des changements souhaitables pour les 10 prochaines années. Les indices de cette gouvernance bureaucratique du système se manifestent à travers :

  • Des engagements pris par l’Etat et non respectés, des indemnités dues aux enseignants puis gelées pendant plusieurs années, des retards de paiement de salaires, des niveaux de rémunération relativement bas ;
  • Des dépôts fréquents par les syndicats d’enseignants de préavis de grèves, des négociations avortées en amont, des mots d’ordre de grèves exécutés, un réchauffement permanent du front social ;
  • Une faible motivation des enseignants, du préscolaire au supérieur, un cadre de travail peu attrayant, un manque de formation continuée, une syndicalisation poussée par souci de sécurité sociale, une tentation, pour les plus jeunes enseignants vers l’émigration ou le changement de métier et donc, des risques de déperditions massives d’enseignants ;
  • Des enseignants dépassés par des élèves hyper connectés et ayant un meilleur accès au savoir et à la connaissance disponible sur le web ;
  • Une absence de sociétés d’apprentissage en réseau ;
  • Une crise d’autorité au sein de l’école, des parents démotivés et une baisse des performances scolaires.

Tout porte à croire que la gouvernance bureaucratique actuelle du système éducatif maintiendra le statu quo durant les 10 prochaines années, c’est-à-dire jusqu’en 2028, au moins si aucune action d’envergure n’est envisagée et mise en œuvre. Parce qu’elle ne permet surtout pas de tendre vers une synergie des interventions de l’Etat, des syndicats d’enseignants, des Parents, des élèves et étudiants, des ONG, de la Société civile et des Partenaires Techniques et Financiers en vue de préparer les véritables changements pour le Sénégal de demain, de réaliser l’École du futur et de la Formation du 21ème siècle.

Il urge donc de réorienter l’Ecole si tant que l’on souhaite répondre présent au rendez-vous de l’émergence fixé par Monsieur le Président de la République vers 2035 à travers le Plan Sénégal Emergent.

 

 

Papa Moustapha Gueye

 

Education Coordonnator at Millennium  Villages Project

Les commentaires sont fermés.