Modern technology gives us many things.

Amélioration de l’alimentation de la vache à haut potentiel laitier: L’Anipl affûte les armes de ses membres  

L’Association nationale pour l’intensification de la production laitière (Anipl) organise, à l’intention de ses membres, une session de formation axée sur l’amélioration de l’alimentation de la vache à haut potentiel laitier.

Pour Mamadou Sow, président de l’Anipl , cette initiative est d’une importance capitale pour ces producteurs. A l’en croire, « la maîtrise de l’alimentation de la vache laitière est la clef de réussite de la conduite du cheptel laitier avec les fondamentaux que tout éleveur doit connaitre. parmi ces fondamentaux, il ya les aliments, les calculs de ration, les indicateurs d’évaluation du déséquilibre de la ration et les pathologies d’origine nutritionnel ».

Pour sa part, le Dr Mamadou Ousseynou Sakho, secrétaire général du ministre de l’élevage,salue cette initiative qui, selon lui, vient à son heure. Surtout, à un moment où le Sénégal a l’ambition de réduire de façon drastique l’importation des produits laitiers: « Nous consommons annuellement un peu plus de 400 millions de litres de lait et les près de 50% sont importés ce qui pose un très grand problème parce que cela fait une enveloppe très lourde et nous importons de pays en compétition avec d’autres et il suffit que dans les pays comme la Chine, si dans les pays où nous importons, il ya des problèmes liés aux changements climatiques ou à la sécheresse, on est les premier à le ressentir », a-t-il expliqué.

Poursuivant, il précisera que « nous devons certes importer pour satisfaire la consommation globale des populations mais, nous devons travailler à résorber ce gap parce que la production de lait, depuis quelques années, progresse en moyenne (10 millions de litres par an) ».

Pour M. Sakho, le Sénégal doit plus mettre l’accent dur l’importation d’animaux pour avoir le plus possible de métis capables de fournir du lait en quantité abondante: « l’option d’importer des animaux va contribuer à augmenter cette progression et l’intensification de l’insémination que nous voulons faire avec une nouvelle orientation liée à une prise en charge d’une partie par les opérateurs va nous permettre de faire cette opération ce qui fera que nous aurons plus de métis. Et si nous avons cent mille à cent  cinquante mille métis et que si nous pouvions avoir animaux à haut potentiel laitier, le Sénégal pourra couvrir correctement ses besoins et c’est l’ambition que nous avons », a-t-il soutenu non sans reconnaître que ce n’est pas une ambition très simple pacque « les animaux se reproduisent et vivent et c’est du matériel vivant et qui demande un entretien particulier. Et l’une des exploitations les plus compliquées, c’est l’exploitation laitière et l’Etat fait des efforts ». Avant de conclure, il dira qu’il faut également privilégier la formation et le suivi régulier des exploitants « pour qu’ils puissent valoriser le potentiel qui est entre leurs mains ».

 

Les commentaires sont fermés.