Modern technology gives us many things.

Les mots du RESECA sur les maux du transport au Sénégal

A l’attention du gouvernement Sénégalais

Le développement des services de transport est essentiel pour tout pays s’il veut asseoir une économie compétitive et une bonne croissance. Avec le Plan Sénégal Émergent (PSE ), notre pays présente un potentiel de croissance important pour son secteur transport.

Le Président de la République, son Excellence Macky SALL a pour vision à travers le PSE de faire de notre pays le hub logistique de la sous-région.

Toutefois, si nous voulons que le développement du secteur des transports atteigne sa vitesse de croisière, il nous faut réserver une part importante des investissements à ce secteur en impliquant aussi les sénégalais de la Diaspora. Si les réseaux des transports routier, ferroviaire, maritime et aérien sont en cours de réalisation sur toute l’étendue du Sénégal, le paradoxe réside en la vétusté des moyens de transport( voitures de plus de 40 ans), et leur manque ( bateaux et avions), mais aussi à un manque de civisme des usagers de ces voies de communication.

 

Au Sénégal, il ne se passe pas un jour sans accidents mortels de la circulation. Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation sur les dangers de la route, le nombre d’accidents ne baisse pas, bien au contraire.  400 décès pour l’année 2013, 433 morts pour l’année 2014, plus de 500 morts pour l’année 2016. En 2017, 606 personnes ont péri dans des accidents au Sénégal. Le rapport 2016 de la Gendarmerie nationale note une augmentation des accidents de la circulation avec « 503 personnes tuées et 5 653 blessés à l’occasion d’accidents impliquant 844 véhicules légers, 405 véhicules poids lourds, 516 véhicules de transport en commun, 212 véhicules à deux roues et hippomobiles et 24 piétons ( gendarmerie nationale ).

Les facteurs de ces accidents sont multiples et variés :

En  premier c’est l’indiscipline, caractérisée par un incivisme et un laisser aller notoire. Puis, l’absence des visites techniques, l’octroi facile des permis de conduire moyennant une somme d’argent, la légèreté des agents de l’état, lors des contrôles routiers… Les principales causes d’accidents sont du fait de l’imprudence du conducteur (45 %), des piétons (15 %), du non-respect des règles (14 %), d’un défaut de maîtrise (21 %), de défectuosité matérielle (3 %).

C’est pourquoi le Réseau des Sénégalais pour l’émergence de la Casamance (RESECA), dans son rôle d’avant gardiste et de bouclier de son Excellence le président de la république Macky SALL, interpelle le ministre des transports terrestres Monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO et tous les services administratifs qui ont des prérogatives sur la gestion du transport et de la sécurité routière; sur l’urgence de convoquer les états généraux du transport Sénégalais.

Ces états généraux pourraient limiter les dégâts collatéraux qui font perdre aux familles de victimes d’accident des soutiens importants  et à l’État du Sénégal plus de 77 milliards par année.

En revanche le RESECA, dans cette attente se propose de poser quelques pistes de réflexion sur les idées suivantes : la sensibilisation des sénégalais aux dangers de la route dès le plus jeune âge (dans les écoles ), pour un meilleur comportement. Le renouvellement du parc automobile sénégalais par la levée définitive de l’interdiction d’entrée des voitures (8 ans, 10 ans),  ayant des visites techniques en bonne et due forme. D’ailleurs c’est cette loi qui a causé l’ire des Sénégalais de la Diaspora qui ne sont pas pour la majorité de Dakar.

En effet, en dehors de Dakar, l’intérieur du Sénégal  ne dispose pas de parcs automobiles satisfaisantes;  or posséder une voiture est une nécessité de nos jours, surtout dans les contrés très reculés.

Aussi, suite aux deux décrets adoptés successivement par les présidents Abdoulaye WADE (2001) et (2012) Macky SALL, le RESECA pose la problématique suivante : Comment les sénégalais de l’extérieur doivent participer dans le renouvellement du parc automobile sénégalais ?

Nous avons interrogé les sénégalais de la diaspora à faire des propositions sur les modifications à apporter au dispositif actuel d’entrée des voitures venues d’occident. Ils ont répondu :

  • Abrogation de la loi sur l’importation des véhicules de moins de huit ans et dix ans
  • Favoriser par cette abrogation le retour d’un tourisme ethnique Sénégalais, en facilitant l’entrée des sénégalais de l’extérieur avec leur véhicule particulier sur le territoire national, ainsi que les sénégalais vivants dans le Maghreb.

En effet,  la solution d’un voyage en voiture soulagerait des familles, qui peinent à payer des   billets d’avions  très chers pour venir en vacances en famille dans leur patrie d’origine.

  • Développer une voie de contournement pour relier Dakar à la Casamance pour un principe de continuité territoriale,
  • Renforcer l’obligation des visites techniques, par l’implantation des centres techniques dans chaque région, pour désengorger DAKAR.
  • Augmenter le parc automobile de bus, cars et camions gros porteur pour assurer le transport inter urbain des personnes, des marchandises et produits agricoles vers l’intérieur du pays.
  • Adopter un système de quotas sur l’entrée des véhicules importés
  • Autorisation de circuler dans les régions pour leur permettre d’avoir un parc automobile aussi important que Dakar.
  • Faire immatriculer les véhicules importés par région, définir des quotas pour chaque région en fonction du nombre d’habitants.
  • Impliquer les guides religieux dans la sensibilisation et la prévention des automobilistes.

Les accidents de la route sont une des préoccupations du gouvernement Sénégalais ; c’est pourquoi nous avons voulu faire cette proposition pour permettre à son Excellence le président Macky SALL et à son gouvernement de faire une levée de boucliers afin de satisfaire en même temps la demande des Sénégalais de l’extérieur qui consiste à leur permettre de venir en vacances en voitures avec leurs familles. Nous espérons vivement que nos propositions seront bien prises en compte.

 

Le comité de rédaction du Réseau des Sénégalais pour l’émergence de la Casamance RESECA sous la coordination de Mme Emilie Sambou.

Les commentaires sont fermés.