Modern technology gives us many things.

Le laboratoire de Mycotoxines de l’ITA accrédité par le COFRAC

Le laboratoire de Mycotoxines de l’Institut Téchnologique Alimentaire (ITA) est accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC).

Mamadou Amadou Seck, directeur général de cette structure se réjouit de cette distinction qui  “revet un enjeu majeur pour notre pays vu ce que cela induit en terme de crédibilité pour la recherche Sénégalaise sans parler des induits économiques sur le plan national et international”.

En effet, cette accréditation couvre une période de 04 ans allant du 02 janvier 2018 au 31 décembre 2021. Elle porte spécifiquement sur le contrôle de la teneur en aflatoxine dans les denrées alimentaire. Et pour M. Seck, cette accréditation  permet, entre autres, « l’instauration de la confiance avec la clientèle et ses partenaires dans les prestations réalisées ».

Poursuivant, il soutiendra qu’elle  permet aux autorités, aux exportateurs, aux entreprises agroalimentaires en général de s’offrir les compétences de leur laboratoire de mycotoxines pour le contrôle des aflatoxines dans les denrées alimentaires. “Les mycotoxines constituent une serieuse menace à la sécurité alimentaire et économiques  en Afrique. Elles sont à l’origine d’importantes pertes post-récoltes dans plusieus spéculations. Ce qui réduit d’avantage la disponibilité alimentaire dans nos marchés et ménages à travaers le continent”, a-t-il soutenu.

 

Cette distinction est bénéfique pour le Sénégal qui est un grand producteur d’arachide; ce qui pousse le DG de l’ITA à  préciser que «  cette accréditation constitue une voie d’accès facile aux marchés internationaux pour l’exportation des graines d’arachide par la délivrance de rapports d’analyses reconnus et acceptés par les services étatiques”.

“Cette reconnaissance internationale de notre savoir-faire nous permet également de mieux appuyer les autorités dans les prises de décision concernant la gestion de la sécurité sanitaire des aliments en vue de la protection de la santé des consommateurs” ; a conclu M. Seck.

Les commentaires sont fermés.