Après le PAPRIZ1 qui a permis au Sénégal d’avoir des résultats non négligeables dans le domaine de la production rizicole, le  PAPRIZ2 entend travailler dans le sens de mettre en place une nouvelle politique rizicole le long de la vallée du Fleuve Sénégal.

Selon Wally Diouf, coordonnateur du Programme National de l’Autosuffisance en Riz (PNAR), cette initiative vise à : « voir comment faire pour que, pendant les 10 prochaines années, on puisse avoir les lignes directrices de ce qui devrait fonder la politique rizicole dans ce pays ».

« Les ambitions du Sénégal, ce n’est plus de voir comment atteindre l’autosuffisance en riz, cette question elle est dépassée, c’est d’aller vers l’exportation du riz et pour cela, il faut un document de cadrage extrêmement précis qui puisse nous conduire vers des niveaux de production jamais égalées », a indiqué M. Diouf.

Ce dernier rappelle qu’avant 2015,  les niveaux de production du Sénégal tournaient autour de 500 000 tonnes et depuis, les niveaux de production ont été doublé. Et ils comptent atteindre 2 millions de tonnes avec ce programme: « Il faut encore aller vers le doublement du niveau actuel. Nous sommes à un million quinze mille quatre cent soixante-quinze et il faut très rapidement aller vers les deux millions de tonnes, et nous pensons que les acteurs que nous avons vus sont suffisamment engagés pour aller dans ce sens »; a-t-il indiqué.

Pour sa part, Amadou Thiam de la SAED fera savoir que depuis que le Programme National d’Autosuffisance en Riz a été lancé en 2014, beaucoup de réalisations ont été faites, néanmoins, précisera qu’il y a des défis à relever comme l’insuffisance en aménagement, le renforcement des capacités de stockage, le renforcement du matériel agricole entre autres.

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here