Paradise Papers

Pour optimiser ses ressources et échapper au fisc, Vivo Energy Senegal a été logé en Île Maurice, paradis fiscal connu, à l’adresse du Cabinet Intercontinentaltrust Limited, Level 3 Alexander House, au 35 Cybercity Ebene, depuis le 7 juin 2011. Le scandale de « Paradise Papers », qui a révélé un vaste système de fraude fiscale et de blanchiment de capitaux a permis de découvrir que Vitol intéresse le Fbi.

Les détails hallucinants du scandale révélé par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ)
Au numéro 28 du boulevard du Pont-d’Arve à Genève, deux mondes s’entrechoquent. L’immeuble des années 1980 abrite un club latino, une salle de billard, un fast -food et une entreprise qui réalise l’un des chiffres d’affaires les plus élevés de toute la Suisse. Au 5e étage du bâtiment, travaillent des traders d’un géant du négoce des matières premières : Vitol.
La multinationale transporte chaque jour 7 millions de barils de pétrole et contrôke 250 superpétroliers. Ce géant du commerce international, qui gère 40 bureaux à travers la planète, a enregistré l’an dernier un chiffre d’affaires de 152 milliards de dollars. L’équivalent d’un quart du Pib (Produit intérieur brut) de la Suisse
Dans un secteur déjà opaque, les activités de la multinationale helvetico-néerlandaise sont particulièrement secrètes. L’entreprise appartient à ses 350 collaborateurs, elle n’est donc pas obligée de publier ses comptes. Les « Paradise Papers » ont levé un coin du voile et révélé des informations délicates à propos d’un contrat financier de Vitol, rapporte Libération.

Pressafrik

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here