Sahel

En marge du quatrième Forum sur la Paix et la Sécurité en Afrique qui se tient au Centre Abdou Diouf de Diamniadio, le directeur adjoint du Comité International de la Croix Rouge (CICR) a organisé une conférence de presse sur la crise humanitaire qui frappe les 05 pays du Sahel que sont le Burkina Faso, le Mali, le Tchad, la Mauritanie et le Niger.

Selon Patrick Youssef, directeur adjoint du CICR en Afrique, ceux qui pensent que le volet  militaire constitue l’unique solution pour résoudre les problèmes sécuritaires au Sahel doivent savoir aussi que l’humanitaire aussi peut constituer un point non négligeable pour aider les populations en détresse.

« On a entendu le Président Macky Sall et aussi le Président du Mali  parler de la force G5, on a également entendu de plusieurs intervenants que la solution dans la région du Sahel en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso, au Tchad, au Mali est en grande partie, une réponse militaire. Je ne suis pas un expert militaire pour contredire la théorie (au contraire, je fais confiance aux militaires) mais, j’ai entendu aussi que les cinq pays et les Etats qui soutiennent cet exercice y inclus l’Union Africaine,  souhaitent apporter à cette solution  militaire une réponse intégrée cela veut dire une réponse qui  prend en compte les réponses militaires, les réponses liées à la gouvernance ou à la bonne gouvernance et surtout au développement, mais ce qui me semble très important et le grand titre de cette séance, j’aimerai simplement attirer l’attention sur la situation humanitaire, la situation extrêmement précaire de plusieurs personnes, des populations toutes entières, des ethnies qui vivent dans des situation de précarité dans la région du sahel d’où notre appel aujourd’hui à rappeler que, en parallèle des réponses sécuritaires, militaires qui touchent directement à trouver des solutions à l’insécurité, notre message en tant que CICR mais en tant que représentants de la communauté humanitaire c’est d’apporter une attention particulière à la situation de plusieurs centaines de milliers de personnes qui vivent dans la précarité », a-t-il indiqué.

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here