As her colleagues bend double and haul buckets of peanuts to their heads, one woman makes their work easier by singing a lively traditional Senegalese farming song. Joal, Senegal.

Le conseil Régional de la Jeunesse de Kédougou a lancé  par la révolution agricole  à travers les 3 A (Action pour l’Autosuffisance Alimentaire en riz). En visite sur le site de Santanko, le reporter de xibaaru.com a constaté l’engagement de la jeunesse de Kédougou pour un retour définitif vers la terre.

A Santanko, à environ une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Kédougou, ce dimanche 12 novembre 2017 quelques jeunes se sont mobilisés pour achever la récolte du riz sahel 108. Faucille en  mains, c’est avec engagement qu’ils se sont mis à l’œuvre. Après quelques coups de faucille, les épis de riz s’affaissaient  sur le sol encore humide.

« Nous avons emblavé 50 ha dans la région de Kédougou dont 25 ha avec le conseil départemental de la jeunesse de Kédougou. Nous sommes en train de récolter le riz sur la parcelle du conseil départemental de la jeunesse de Kédougou. Le modèle que nous voudrons pour que Kédougou puisse nourrir Kédougou est en train de se préparer. Nous avons été soutenus par  le PADAER à travers  Bamtaaré service SA. Le PRODAC nous a aidés à emblaver du maïs à Itato. Nous remercions ces partenaires  et l’ensemble des jeunes qui se sont donnés corps et âmes pour réaliser ces actions » a laissé entendre M Ousmane Mamadou  Soumaré, Président du Conseil Régional de la Jeunesse de Kédougou.

Il reviendra pour dire : « Nous avons emblavé du riz et du maïs. Bientôt l’horticulture démarrera. L’année prochaine, nous allons multiplier par 10 ou 20 les emblavures de cette année. Nous lançons  un appel aux autorités administratives, les partenaires techniques et financiers pour accompagner davantage la jeunesse à travers la création d’une économie agricole dans la région de Kédougou pour un besoin de satisfaction de l’autosuffisance alimentaire en riz. C’est possible, la terre est là et la volonté aussi, c’est l’accompagnement qui reste. Nous voulons orienter la jeunesse vers la terre ».

 

Par ailleurs,le conseil régional de la jeunesse a reconnu en cette première d’expérimentation l’existence de quelques difficultés. Elles sont liées  au foncier, à l’éloignement des différents sites et à l’insuffisance du suivi encadrement

« C’est une année d’apprentissage et d’expérimentation. Nous avons cultivé sur des terres qui nous ont été prêtées. Le soutien technique a été insuffisant. Nous allons évaluer cette phase d’expérimentation pour pouvoir améliorer. Il faudrait que les communes nous accompagnement dans l’octroi de terres »a ajouté M Soumaré.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here