oiseaux

Pour discuter des stratégies de conservation des oiseaux migrateurs pour les 9 prochaines années, des experts venus de différents pays d’Afrique se sont réunis à  Dakar.

Durant trois jours, ces experts  ont échangé sur  les meilleures stratégies pour conserver les oiseaux d’eau  des zones humides, mais aussi sur comment démontrer que ces oiseaux contribuent à la lutte contre  la pauvreté.

M. Jacques Trouvilliez , Secrétaire exécutif de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA) trouve que  l’Afrique est un continent extrêmement important parce que, argumente-t-il, « il accueille non seulement des oiseaux qui se reproduisent en Europe et qui passent la mauvaise saison en Afrique, mais également des oiseaux qui ne vivent que sur le continent africain qu’il faut protéger comme l’a Grue couronnée par exemple ».

Poursuivant, il ajoutera: « il faut s’assurer de ce développement durable pour lutter contre l’exode rural, parce que la démographie du continent africain est extrêmement rapide et nous croyons beaucoup à cet équilibre entre les villes et la campagne nous croyons aussi au fait que les milieux naturels et les zones humides sont conservés par des hommes et des femmes pour les oiseaux et pour le bien être des sociétés humaines qui les exploitent ».

Et pour conserver ces ressources naturelles, il estime qu’ils vont travailler en synergie: « Nous travaillons main dans la main avec le Sénégal parce que le secrétariat peut trouver leis fonds pour aider le Sénégal à poursuivre des projets de conservation et le Sénégal nourrit aussi de son expérience notre réflexion, c’est un bénéfice mutuel qui permet d’améliorer la pertinence des actions », a-t-il indiqué.

 

Le Colonel Lamine Kane, directeur des parcs nationaux du Sénégal  met l’accent sur  la communication qui, selon lui,  occupe une part importante et comporte un double aspect: « l’aspect envers les décideurs en termes d’outils de plaidoyer pour une meilleure intégration de la conservation de la biodiversité et aussi des aspects liés à la gestion des zones humides et des oiseaux migrateurs qui constituent un élément important dans le cadre de l’évaluation des biens et services écosystémiques ».

Ce dernier rappelle que beaucoup d’efforts sont en train d’être consentis par le Sénégal  pour la conservation des oiseaux migrateurs. Mais, il n’a pas manqué d’indiquer que le pays doit faire face à un certain nombre de défis: « nous avons des difficultés liées à la reconversion des zones humides mais aussi un déficit de mise en oeuvre d’une approche intégrée de gestion de ces ressources partagées par différents acteurs. Une autre difficulté liée aux  moyens pour assurer une gestion durable des ces ressources. On doit faire face aussi au gap lié à l’amélioration de la base de connaissance des ressources  mais aussi aux changement climatiques », a-t-il précisé.

 

 

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here