numérique

Mettre le doigt sur les dérives notées au niveau de réseaux sociaux et voir comment faire pour cerner cette question, c’est l’objectif d’un panel organisé hier à la Maison de la presse dans le cadre des mardis du numérique par des juristes, des géographes, des économistes et des hommes de médias. Le thème retenu est : « Les médias dans la tourmente du numérique: régulation ou libre expansion » .

Selon Abdoulaye Sakho, professeur de droit:  » l’information, on avait l’habitude de la recevoir par le biais de supports bien connus que sont la presse écrite, la radio, la télévision, mais maintenant, nous la recevons à travers des réseaux que nous ne maitrisons pas, que nous ne connaissons pas ». Ce qui fait que  « tout ceci fait que les repères sont brouillés, nous ne savons plus sur quel pied danser et quand c’est comme ça , il faut revenir, parler, débattre et peut être trouver des voies de sortie ».

Pour lui au Sénégal, on n’a pas su anticiper sur la révolution du numérique, ce qui fait qu’on l’a subi et c’est pourquoi les choses ont échappé à tout le monde. « Le Sénégal est en retard du point de vue des acteurs. Les entreprises de presse n’ont pas su anticiper sur la révolution numérique », a-t-il dit avant d’ajouter que les autres secteurs aussi ne sont pas en reste:  « on regarde la capacité d’accueil des universités en parlant de places dans les amphis, et on n’a pas besoin d’être dans un amphi pour apprendre, on peut être chez soi, recevoir  les informations à partir du net ».

Le Professeur Sakho de préciser que la réglementation doit être de mise pour essayer de rattraper les failles et anticiper sur les innovations.

 

 

PARTAGER