L’oignon, une denrée de consommation courante se fait rare dans les marchés de Dakar. En effet, cette mesure de l’Etat a impacté sur le marché, c’est d’ailleurs ce qui a conduit les commerçants à rejeter en bloc cette décision, d’autant plus que, arguent-ils, elle a conduit à la flambée des prix qui sont passés de 300 francs CFA à 700 francs CFA le kilo, si on parvient à en trouver. Et en plus de ce facteur bloquant, l’oignon locale se fait très rare.

L’Etat est allé trop vite en besogne. C’est le cri de cœur lancé par les commerçants établis au matché Castor qui s’insurgent contre l’arrêté interdisant l’importation de l’oignon. Une décision qui n’est pas sans conséquence, car l’oignon se fait rare dans les boutiques et grossistes. Certains revendeurs dont, Mame Mor Gueye, gérant d’une boutique située à quelques encablures de ‘’Kognou Dioumadji’’ fustigent cette mesure. En effet, affirme ce dernier, les autorités devaient  prévoir des mesures d’accompagnement en  approvisionnant les marché avec l’oignon local.

Vêtu d’un une chemise en rayures  de couleur rouge et bleue assortie d’un pantalon jeans, le commerçant souligne que «la décision est une bonne chose mais le problème est que l’oignon local n’est pas encore arrivé au niveau des marchés de Dakar notamment au marché de Castor. Le gouvernement devait d’abord s’assurer de la disponibilité de l’oignon local avant d’arrêter l’importation».

Et de poursuivre : «nous n’avons pas encore vu l’oignon local. Et actuellement, il est important de souligner que la situation actuelle ne peut pas couvrir les besoins des consommateurs. Nos stocks sont presque épuisés.  Et d’ici à deux jours les consommateurs vont avoir des problèmes si la situation n’est pas décantée ».

La trentaine bien sonnée, trouvé en plein marchandage avec une cliente, Mame Mor Gueye a également précisé à PressAfrik qu’actuellement le prix du Kilogramme de l’oignon est arrêté à 700 francs Cfa et le sac à 11000 francs Cfa. Alors qu’avant la décision, le Kg s’était à 350 francs et 7000 francs Cfa le sac.

Un avis que partage un autre commercant, répondant du nom de Cheikh Yaté. La quarantaine révolue, ce dernier estime que «le gouvernement a très tôt arrêté l’importation. Il pouvait attendre, la venue de l’oignon local. Nous avons du mal à trouver de l’oignon pour le vendre à nos clients. Je trouve anormale qu’il (Etat) arrête l’importation alors que l’oignon local n’est pas encore disponible ».

Avec son boubou traditionnel et son voile de couleur bleu-noire, Ndèye Fatou souligne pour sa part qu’elle est d’accord avec la décision du gouvernement d’arrêter l’importation. «Cette décision rentre dans le cadre de la promotion de la politique de la consommation locale. Mais, il faudra qu’il y’ait des mesures d’accompagnement. Parce qu’en tant que consommateur, cette hausse des prix de l’oignon ne nous arrange pas.il est actuellement cher. Il faut qu’on l’achète car nous ne pouvons pas rester sans le consommer », a -t-elle soutenu.

Restauratrice de son Etat, Mami Diop, avec sa tenue de sport, partage entièrement cet avis :«Nous l’habitude de préparer chaque jours deux plats. Par exemple du riz au poisson et du « niari thine ». Mais depuis lors nous rencontrons beaucoup de difficultés car le kilogramme d’oignon est devenu cher» révèle-t-elle, avant de demander aux autorités compétentes de trouver une solution afin de régler cette situation incommodante pour tout le monde.

Pour rappel, le 28 janvier dernier le gouvernement avait pris un arrêté interdisant l’importation de l’oignon au Sénégal. Une mesure que bon nombres de vendeurs ont par ailleurs fustigée. Sur ce, l’Etat du Sénégal est invité à trouver une solution pour régler le problème.

Pressafrik

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here