Modern technology gives us many things.

Violence à l’école : comment réagir quand mon enfant en est victime ?

Harcèlement psychologique, bagarre, provocations ou intimidations répétées… Autant d’agressions qui peuvent heurter un enfant et qui inquiètent légitimement ses parents. S’il n’existe aucune solution pré-mâchée, la violence peut, et doit, se résoudre de différentes façons.

 

Vous avez beau avoir passé une journée terrassante au travail, il est des signes qui ne trompent pas chez votre enfant. Si vous constatez au retour de l’école la dégradation de ses affaires personnelles, si vous percevez une attitude inhabituelle allant de la manifestation d’une phobie scolaire/sociale à une agressivité soudaine ou, pire, si vous constatez des bleus sur son corps, il se peut qu’il subisse des brimades, qu’il soit une victime de harcèlement scolaire. Au-delà de la panique légitime ressentie, vous vous trouvez dans une impasse, confronté à une question que chacun se pose face à

la violence : que faire ?

“Lorsqu’ils découvrent que leur enfant est victime de harcèlement scolaire, les parents se sentent tout d’abord coupables, impuissants en découvrant que leur enfant souffrait et qu’ils ne s’en doutaient pas” nous confie d’emblée la psychanalyste Virginie Renoux.

Aussi, sommé de réagir à cette injustice, comment manœuvrer dans un premier temps pour aider l’enfant en souffrance ? “Clairement, il n’existe aucune méthode, aucun mot précis à dire. Il faut d’abord rappeler ce qui est autorisé et ce qui est interdit, faire prendre conscience de la douleur que cet acte a engendré, dire que ce n’est pas normal, qu’il est la victime et que si la loi avait été respectée, il n’aurait pas dû vivre cela. Lorsqu’il est atteint dans son intégrité, un enfant doit absolument être reconnu comme victime par ses parents, par l’école, et il doit y avoir réparation, accompagnée d’une sanction pour celui qui a commis l’acte violent”, poursuit-elle.

 

Autre Presse

 

 

Les commentaires sont fermés.