Modern technology gives us many things.

Et si le pain complet n’était pas toujours plus sain?

Selon une étude, le pain complet n’est pas forcément meilleur pour la santé que le pain blanc. Les effets dépendraient du microbiote de chaque individu qui le consomme.

Des chercheurs Israéliens ont rejoué le match du pain blanc contre le pain complet et le résultat est surprenant. Le pain complet avait jusqu’alors les faveurs des nutritionnistes. Source de glucides complexes et riche en fibres, il est réputé comme étant l’allié des régimes et d’une alimentation saine. Le pain blanc quant à lui est vu comme un mauvais choix à table : il est trop salé, a un indice glycémique élevé et une faible teneur en fibres et minéraux.

Cependant, une nouvelle étude, menée par l’Institut Weizmann des sciences en Israël et publiée dans Cell Metabolism, remet ces idées en question. Selon les scientifiques, la réponse glycémique dépend du microbiote intestinal et chacun réagit différemment à un type d’aliment donné.

Pour en arriver à ce résultat, les chercheurs ont mené une étude croisée sur vingt participants. Chacun s’est soumis à une série d’examen : composition du microbiote intestinal, glycémie à jeun, test de tolérance au glucose, contrôle du poids, de la tension, analyses sanguines (cholestérol, fer, magnésium, calcium, enzymes hépatiques et rénales).

DES RÉSULTATS PRÉVISIBLES GRÂCE À L’ANALYSE DU MICROBIOTE

Les scientifiques ont divisé les sujets en deux groupes de dix. Pendant une semaine, le premier groupe a consommé du pain blanc industriel et le second du pain complet au levain naturel. Les participants ne consommaient aucun autre aliment à base de blé, et le pain représentait 25% de leur apport calorique. Après une interruption de deux semaines, les groupes ont été inversés.

Résultat : la moitié des individus présentait un taux de sucre dans le sang plus élevé suite à la consommation de pain blanc tandis que l’autre moitié avait une réponse glycémique supérieure avec le pain complet. Les chercheurs expliquent que les résultats étaient prévisibles grâce à l’analyse du microbiote et que les recommandations diététiques devraient être personnalisées.

Des experts viennent cependant nuancer les résultats de cette étude. Susan Jebb, professeur en nutrition et santé publique à l’université d’Oxford précise au journal The Independant qu’en l’absence d’un contrôle total de l’alimentation des participants, d’autres facteurs peuvent avoir eu une influence sur les résultats. Le Docteur Elizabeth Lund, consultante indépendante en nutrition et santé gasto-intestinale rappelle quant à elle, toujours à The Independant, que “les effets bénéfiques des graines complètes peuvent se jouer à bien plus long terme que ce qu’un étude d’une semaine peut montrer”.

topsante

Les commentaires sont fermés.