Modern technology gives us many things.

Quelles sont les origines du savon noir africain?

Le savon noir est un des secrets les plus anciens de la beauté traditionnelle africaine. Il est aujourd’hui familier et utilisé non seulement en Afrique, mais aussi au-delà de ses frontières. Originellement utilisé pour l’hygiène corporelle, qui réduit les odeurs corporelles, le savon noir est aussi connu pour apaiser les irritations de la peau. Lors de la grossesse, il maintient l’hydratation et l’élasticité de la peau, luttant ainsi contre l’apparition des vergetures. Sa douceur et ses ingrédients naturels font aussi du savon noir un cosmétique de choix pour le soin de la peau délicate des bébés. C’est aussi un excellent shampoing pour les cheveux, qui nettoie et soulage également des démangeaisons et autres irritations du cuir chevelu. Découvrez les origines de ce produit de beauté traditionnel africain.

Les origines historiques du savon noir

L’authentique savon noir provient du peuple Yoruba, qu’on retrouve au Nigeria, au Bénin et au Togo. Le nom Yoruba du produit est « Ose Dudu », « Ose » qui signifie savon et « Dudu » qui signifie noir. Il se traduit donc littéralement en français « savon noir ». Le savon noir a été diffusé dans la région Ouest-Africaine par les commerçantes Yoruba. A l’époque précoloniale,  les femmes Yoruba étaient en charge de la transformation des produits agricoles en produits finis à des fins de transactions. Ce qui faisait d’elles un pivot de l’économie de leur peuple. Ces dernières avaient donc la responsabilité de commercer avec les autres peuples. C’est ainsi que le savon noir s’est retrouvé sur le marché Ghanéen, entre autres, où il est encore aujourd’hui appelé « Anago Samina »,  « Anago » est un sous-groupe du peuple Yoruba et « Samina » signifie savon en dialecte Twi de la langue Akan.

Une diversité d’ingrédients

La confection originelle du savon noir perdure en Afrique. Ce savoir-faire est précieusement protégé et transmis de mère en fille. Le traditionnel savon noir est un savant mélange d’eau, d’huile de palme, de poudre de cacao et de pelures de plantains réduites en cendres. Il existe plus de cent variétés de savons noirs en Afrique. Les ingrédients diffèrent selon les régions. En effet, outre les ingrédients précédemment cités, les feuilles de palmier, le karité, l’huile de coco ou le miel peuvent aussi intervenir dans la confection du savon noir. De ce fait, chaque savon possède sa propre authenticité naturelle. Les formulations et les méthodes traditionnelles de fabrication différentes offrent une touche unique au produit fini.

Comment se fabrique le savon noir ?

Comme vous le savez désormais, il existe différents processus de préparation du savon noir africain. Mais dans sa version courte, cela nécessite le séchage des pelures de plantains et l’exposition des feuilles de palmiers ou des noyaux de cacao dans un four en agile dans l’optique de les réduire en cendres. L’eau est ensuite ajoutée aux cendres pour une filtration. Le liquide récupéré après la filtration est conservé. Ensuite, y sont ajoutés les ingrédients comme le beurre de karité, l’huile de coco, l’huile de palme ou le beurre de cacao. Ce mélange est alors chauffé et mélangé à la main pendant vingt-quatre heures. Le savon se solidifie et finit par se déplacer vers à la surface du liquide. Il est donc retiré et laissé à l’air libre afin de durcir pendant environ deux semaines. Tel est le procédé d’une fabrication naturelle et traditionnelle du savon noir.

Suivant le mouvement de ce phénomène de beauté, les grandes compagnies cosmétiques produisent également du savon noir. Pour certaines d’entre elles, cela se réduit souvent à acheter du savon noir naturel et d’y rajouter d’autres ingrédients. Ceux-ci peuvent être naturels comme l’huile de lavande ou le gel d’aloe vera. Mais certains ingrédients peuvent aussi être source d’irritation pour la peau comme le parfum ou des ingrédients artificiels.

amina-mag

Les commentaires sont fermés.