Modern technology gives us many things.

Nous le faisons souvent…Mais c’est mauvais pour la santé

Cessez de vous plaindre, c’est mauvais pour la santé

Quand vous vous plaignez, vous reprogrammez votre cerveau pour être négatif

La science montre que la plupart des gens se plaignent en moyenne une fois par minute au cours d’une discussion ordinaire. Un travers d’autant plus compréhensible qu’il fait plaisir à celui qui s’y abandonne. Pourtant, comme beaucoup de choses agréables -comme la cigarette ou le fait d’avaler 450 grammes de bacon au petit déjeuner-, c’est très mauvais pour la santé.

Le cerveau privilégie l’efficacité, et il n’aime pas travailler plus que nécessaire. Quand vous faites plusieurs fois la même chose (en vous plaignant régulièrement, par exemple), vos neurones entrent en contact les uns avec les autres afin de fluidifier la circulation de l’information. La fois suivante, c’est encore plus rapide, et il est plus facile de répéter le comportement en question. Tellement facile, d’ailleurs, que vous ne vous en rendez pas forcément compte.

Votre cerveau n’est pas en cause. Pourquoi, en effet, se contenter d’un pont de fortune chaque fois que l’on veut traverser la rivière? Il est beaucoup plus logique de construire une structure permanente. Vos neurones se rapprochent donc, et établissent des liens durables. Pour résumer ce phénomène, disons que les neurones qui se déclenchent ensemble s’enclenchent ensemble.

Lorsque vous vous plaignez fréquemment, votre cerveau s’adapte pour faciliter ce type de comportement. Plus vous en prenez l’habitude, plus vous êtes tenté d’être négatif, quelle que soit la situation. Evidemment, cela modifie aussi la façon dont les autres vous perçoivent.

Toujours pas convaincu? Sachez que le fait de se plaindre endommage d’autres parties du cerveau. Des chercheurs de l’université de Stanford ont découvert que l’une des conséquences de cette habitude est une réduction de l’hippocampe, indispensable à la résolution des problèmes et à la réflexion. C’est d’autant plus troublant que l’on sait que l’hippocampe est l’une des zones les plus vulnérables à la maladie d’Alzheimer

 

Les commentaires sont fermés.