cafeine

Un jeune Américain de 16 ans est décédé après avoir bu trois boissons à haute dose de caféine en moins de deux heures. Faut-il changer nos habitudes ?

Peut-on mourir d’un excès de cafeine ? La question se pose en ce moment dans tous les médias américains qui révèlent les causes du décès d’un adolescent de 16 ans, Davis Allen Cripe, en avril dernier. Les résultats des analyses, publiées mardi 16 mai, mettent en cause l’ingestion de boissons à haute teneur en caféine. En effet, le jeune a perdu connaissance dans sa salle de classe après avoir bu un café au lait du fast foot McDonald’s, une grande cannette de Mountain Dew (un soda caféiné) et une boisson énergisante de marque inconnue. Le tout en moins de deux heures.

Quelques heures plus tard, le décès a été prononcé à l’hôpital. La dose trop importante de caféine aurait causé de l’arythmie, un rythme cardiaque irrégulier, ayant entraîné la mort. Le garçon, qui pesait environ 90 kg, aurait été en bonne santé, d’après les médias qui ont rapporté cette information. Le problème aurait été provoqué par la vitesse à laquelle il a consommé ses boissons qui contenaient des hautes doses en caféine. D’après les calculs du Huffington Post, l’adolescent a bu 472 mg de caféine, alors que la dose maximum recommandée est d’environ 400 mg en une journée.

Diminuer la dose de cafeine

« La caféine à elle seule tue très rarement », explique le docteur Alain Rigaud, président de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA). « Mais il est important de se rappeler que les boissons énergisantes contiennent aussi des doses très élevées de taurine et de glucuronolactone, deux substances synthétiques dont les effets sur l’organisme sont mal connus. » Ses conseils : ne pas consommer de boissons énergisantes avant, pendant ou après un effort physique intense, et éviter de mélanger des boissons énergisantes à l’alcool, surtout lorsqu’on souffre d’une fragilité cardiaque. Les enfants et les adolescents devraient d’ailleurs s’en tenir à l’écart.

Et pour la caféine ? Faut-il s’en priver ? Le site américain Popular Science recommande de se limiter aux apports traditionnels comme le café, le thé et, exceptionnellement, le soda. Si vous craignez être trop « accro » à la caféine pour arrêter d’en consommer, le docteur Rigaud propose de diminuer de façon progressive. « Dans certains cas, plutôt rares, d’addiction au café, il peut être intéressant de consulter un addictologue pour être accompagné lors de la phase d’arrêt et pour mieux comprendre la raison de cette consommation intensive. »

Santemagazine

PARTAGER

Laisser un commentaire