Modern technology gives us many things.

Quelles huiles essentielles appliquer sur la peau ? Et comment ?

Certaines huiles essentielles peuvent s’appliquer sur la peau. Faut-il les diluer ? Quelles précautions prendre ? Le point sur cette utilisation en aromathérapie.

Il existe d’autres façons d’utiliser les huiles essentielles (HE) que de les diffuser dans l’air, de les inhaler ou de les avaler. Mais mieux vaut connaître quelques astuces et précautions pour profiter sans risque de leurs bienfaits.

Les huiles essentielles à appliquer pures sur la peau

Piqûre d’insecte, coupure, entorse…. en cas de petits bobos, quelques huiles essentielles seulement peuvent être utilisées pures : HE lavande fine, HE lavande aspic, HE hélicryse italienne.

Mode d’emploi : appliquer 1 à 2 gouttes sur la blessure dans les premières minutes ou heures.

Les huiles essentielles à utiliser diluées en massage

Pour utiliser une huile essentielle en massage, il faut toujours la diluer préalablement dans un corps gras (huile végétale alimentaire ou cosmétique) avant application :

  • Les HE pour la détente : HE lavande, HE ylang-ylang, HE petit grain bigaradier.
  • Les HE pour la digestion : HE menthe poivrée, HE carvi, HE aneth.
  • Les HE contre les tensions musculaires : HE gaulthérie couchée ou HE gaulthérie odorante, HE romarin camphré, HE hélicryse italienne.
  • Les HE pour le confort respiratoire : HE ravintsara, HE eucalyptus radié ou HE eucalyptus globuleux, HE tea-tree, HE thym commun à linalol.
  • Les HE pour la circulation : HE cyprès toujours vert.
  • Les HE contre les douleurs articulaires : HE gaulthérie couchée ou odorante, HE eucalyptus citronné.
  • Les HE pour apaiser des irritations cutanées : HE lavande vraie, HE camomille romaine.

Dans quelle huile végétale diluer leshuiles essentielles?

On commence par sélectionner l’huile végétale dans laquelle diluer les HE en fonction de leur utilisation :

  • une huile végétale plutôt fluide (argan, sésame, macadamia…) pénètre rapidement dans les différentes couches de la peau et dans la circulation sanguine.
  • une huile plus épaisse (amande douce, abricot, avocat) est intéressante pour un massage long, par exemple musculaire,
  • celle de calophylle, circulatoire et anti-inflammatoire, sera préférée pour un massage anti-jambes lourdes et pour soulager les douleurs musculaires ou articulaires.
  • l’huile végétale de jojoba ou un macérât huileux de calendula, anti-inflammatoires, sont conseillés pour les problèmes de peau type démangeaisons.

Quelle dilution choisir pour l’huile essentielle ?

On dilue l’huile essentielle, en retenant que 1 ml d’HE = 20 à 40 gouttes en moyenne (même si cela peut varier selon la viscosité de l’HE utilisée, demander cette précision au moment de l’achat). On choisit ensuite la dilution en fonction de l’efficacité recherchée :

  • Pour un massage détente sur une large zone : dilution à 5 %, donc 5 % d’HE pour 95 % d’huile végétale, soit environ 40 gouttes (1,5 ml) pour un flacon de 30 ml d’huile végétale.
  • Pour les douleurs musculaires et articulaires : dilution à 10 %. Éviter l’HE d’hélicryse italienne en cas de prise d’anticoagulants, ainsi que celles de gaulthérie en cas d’allergie à l’aspirine.
  • Contre les infections ORL : en prévention, dilution à 5 % ; pour traiter une infection déclarée : dilution à 10-15 %.
  • Pour soigner des problèmes de varices, stase lymphatique… : dilution à 20 %. On applique le mélange sur la zone concernée. Pour une action rapide contre les tensions, on en met là où la peau est fine et présente de nombreux petits vaisseaux : poignets, pli des coudes, avant-bras, plante des pieds ainsi qu’au niveau du plexus solaire, point de rencontre de nombreux nerfs et vaisseaux.

Les huiles essentielles interdites sur la peau

  • Toutes les HE obtenues à partir des zestes d’agrumes. Irritantes et oxydantes, elles peuvent être photosensibilisantes (risque de taches et de brûlures en cas d’exposition au soleil) : HE citronnier, HE oranger doux, HE pamplemoussier, HE bergamotier…
  • Toutes les huiles dermo­caustiques : HE cannelier, HE giroflier, HE origan compact, HE sarriette, HE thym à thymol, etc.
  • Par précaution, éviter les huiles essentielles par voie cutanée chez la femme enceinte. Certaines peuvent être utilisées ponctuellement en cas de besoin, toujours sur avis d’un aromathérapeute. Chez l’enfant, jamais avant 3 ans sans le conseil d’un professionnel averti.  Après 3 ans : sur la peau, utiliser les HE diluées, en massage et prendre un avis pour connaître la dilution adaptée.

Santemagazine

Les commentaires sont fermés.