Modern technology gives us many things.

Flore vaginale : comment en prendre soin ?

Les découvertes et les études récentes l’attestent : les probiotiques, qui réensemencent la flore vaginale, vont révolutionner le traitement des pathologies intimes de la femme. Explications du Dr Jean-Marc Bohbot, gynécologue, infectiologue et directeur médical de l’Institut Fournier (Paris).

LA FLORE VAGINALE, C’EST QUOI EXACTEMENT ?

De même qu’on a découvert l’importance cruciale de la flore intestinale, on découvre aujourd’hui celle de la flore vaginale. Celle-ci est composée de 100 millions à un milliard de germes (bactéries, champignons, virus…) par millilitre de sécrétion dans le vagin. 90 à 95% sont des bactéries protectrices du vagin, les lactobacilles (appelés aussi bacilles de Doderlein). Ils sont chargés de maintenir l’équilibre intime, fabriquant des substances indispensables à la bonne santé locale ou empêchant les germes agressifs de se développer ou de se fixer sur la paroi vaginale.Tant que les lactobacilles restent majoritaires, les streptocoques, staphylocoques, et autres candida (levures), normalement présents, demeurent inoffensifs. Mais en cas de déséquilibre de la flore, ces germes se mettent à proliférer, entraînant des infections et des petits troubles (irritations, démangeaisons, odeurs, pertes inhabituelles…).

UNE BONNE FLORE, ÇA SE RECONNAÎT COMMENT ?

Un vagin en bonne santé est indolore y compris lors des rapports sexuels. “En cas d’irritation ou de douleur, la flore est déséquilibrée ou bien il y a infection sexuellement transmissible, prévient le Dr Jean-Marc Bohbot. Il est normal d’avoir des pertes incolores et inodores car la paroi vaginale se renouvelle en permanence comme tous les épidermes. Deux points doivent cependant alerter : la sensibilité du vagin ou de la vulve, avec des pertes plus abondantes ou de structure différente (très épaisse, très liquide ou de couleur différente) et une odeur vaginale inhabituelle. En cas de déséquilibre de la flore, des amines aromatiques sont produites : la “cadaverine” et la “putrescine” à l’odeur incommodante, accentuée par les rapports sexuels.

QU’EST CE QUI DÉSÉQUILIBRE LA FLORE VAGINALE ?

Les femmes le savent d’expérience, la prise d’antibiotique est souvent suivie de mycose. Pas étonnant : la flore a été perturbée par le traitement. Idem pour les antiseptiques, très agressifs, eux aussi. Une hygiène excessive ou inadaptée parvient au même résultat, elle détruit les bons germes. “On pense moins au tabac, c’est pourtant un facteur majeur de déséquilibre”, rappelle le Dr J-M Bohbot.

Les fumeuses ont moins d’estrogènes circulants, la diminution de ces hormones entraîne une chute des lactobacilles à l’origine de vaginoses reconnaissables aux pertes et à l’odeur. En revanche, les vêtements trop serrés, les strings, les culottes en fibres synthétiques et les jeans, sont hors de cause. “Quand la flore vaginale est équilibrée, ils sont bien supportés”, certifie le spécialiste.

LES PROBIOTIQUES SEULS PEUVENT-ILS LA RÉÉQUILIBRER ?

En quelques années, ils sont devenus le traitement incontournable pour de nombreuses affections gynécologiques seuls ou en association. “Ainsi, pour les vaginoses bactériennes -déséquilibre de la flore et infection gynécologique la plus fréquente-, ce traitement suffit car la flore est à l’origine de l’infection. Inutile donc de passer par la case antibiotique”, affirme le médecin. Les résultats sont obtenus au bout de 8 à 10 jours. Pour les mycoses ou les cystites récidivantes, les probiotiques sont cette fois associés à des antifongiques ou des antibiotiques.

ONT-ILS D’AUTRES EFFETS INTÉRESSANTS ?

On vient de démontrer chez les femmes ménopausées souffrant d’incontinence urinaire et bénéficiant d’une rééducation périnéale avec des hormones locales que les résultats étaient nettement améliorés avec des probiotiques vaginaux en plus du traitement classique. “Les lactobacilles ensemencés redonnent une tonicité au vagin et améliorent son hydratation, constate le médecin”. Les probiotiques améliorent aussi considérablement les problèmes de sécheresse vaginale à cette période de la vie sans avoir besoin de recourir aux ovules à base d’hormones.

COMMENT UTILISER LES PROBIOTIQUES ?

Sur la vingtaine de lactobacilles vaginaux existants, seulement trois ou quatre s’avèrent réellement efficaces sous forme d’ovules ou de capsules gynécologiques, introduits dans le vagin. “Ce sont les mêmes souches que l’on utilise quel que soit le problème, cystite, mycose, sécheresse… précise le médecin”. Pour rééquilibrer la flore de manière définitive, il faut réensemencer le vagin et la vulve sur une durée suffisante, une semaine par mois pendant trois à six mois voire plus si nécessaire. Ces produits sont sans effets secondaires, sans hormone, parfaitement tolérés et acceptés par les femmes. Quant aux yaourts et aliments fermentés, ils sont excellents pour la flore intestinale, mais sans effet sur la flore vaginale.

topsante

Les commentaires sont fermés.