Modern technology gives us many things.

Le curcuma, l’épice ‘’miracle’’, n’apporte finalement aucun bénéfice

Malgré les efforts des chercheurs, et des milliers d’études, aucun bénéfice de la curcumine, le principe actif du curcuma, n’a pu être prouvé. Cette épice jaune d’or issue de la cuisine et de la pharmacopée indienne est devenue une star parmi les ingrédients censés soigner de manière naturelle.

 

Consommée en poudre, en boisson ou sous la forme du rhizome frais, on lui a prêté des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et même anti-cancéreuses. La curcumine, principe actif principal de l’épice, a donc éveillé l’intérêt des pharmacologues. Ils ont conduit des milliers d’études in vitro et sur l’animal mais aussi 120 essais cliniques pour cerner ses effets en vue d’en faire un médicament. Or, une synthèse de tous ces travaux, parue le 11 janvier dans la revue Journal of Medical Chemistry conclut à un flop monumental.

La curcumine brouille les tests

Que ce soit dans le cancer, les dysfonctions érectiles, l’hirsutisme, la calvitie ou la maladie d’Alzheimer, les chercheurs n’ont pu constater aucun effet thérapeutique prouvé de la curcumine sur les participants aux essais cliniques. Ils vont même jusqu’à exhorter les chercheurs à arrêter les recherches sur cette substance. Si on lui prêtait un tel potentiel, c’est que la curcumine affiche systématiquement des résultats prometteurs dans les toutes premières phases des tests in vitro, lorsqu’il s’agit de repérer si une substance interagit avec les protéines impliquées dans les maladies. Selon les auteurs, c’est une fausse piste dû à un comportement particulier de la curcumine : elle a tendance à se lier à toutes les molécules du test, sans pour autant avoir d’action thérapeutique spécifique dans le corps humain.

 

Autre Presse

Les commentaires sont fermés.