Modern technology gives us many things.

Ces aliments à éviter en cas d’ulcère gastrique

Ce fruit exotique riche en antioxydants pourrait avoir des effets positifs sur la pression sanguine et sur le bon fonctionnement intestinal. 

 

Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours, dit le célèbre proverbe. Mais qu’en est-il de la mangue ? Ce fruit, plus exotique que la reinette, serait bénéfique pour la santé du cœur et des intestins chez les femmes, selon des chercheurs spécialisés en nutrition à l’université de Californie (Etats-Unis). Ils publient leur étude dansThe FASEB Jopurnal et ont présenté leurs résultats le 11 juin 2018 au congrès annuel de la Société Américaine de Nutrition (Nutrition 2018) qui s’est tenu à Boston du 9 au 12 juin dernier.

Pression sanguine et taux de méthane abaissés

Pour mener cette étude, les chercheurs ont suivi 24 femmes ménopausées et en bonne santé qui ont consommé 330 grammes de mangue Ataulfo, une variété particulièrement riche en polyphénols , par jour pendant 14 jours. Ils ont mesuré leur rythme cardiaque et leur pression sanguine et ont réalisé des tests sanguins et respiratoires permettant d’évaluer la santé des intestins. Ce suivi a eu lieu pendant les 14 jours de consommation régulière de mangue, et les 14 jours suivants quand les femmes ne consommaient plus de mangue. Résultat : la tension sanguine systolique  apparaît plus faible deux heures après la consommation de mangue en comparaison avec les valeurs standards. De même, les tests respiratoires ont montré que six personnes sur 24 produisaient habituellement du méthane par fermentation bactérienne dans l’intestin et que la consommation de mangue réduisait significativement le taux de ce gaz pour trois d’entre eux. Les chercheurs de l’étude en concluent que les mangues riches en polyphénols, des antioxydants présents dans les fruits et légumes, pourraient être bénéfiques à la fois au cœur et à l’intestin.

Un besoin d’études plus longues, plus complètes et indépendantes

Mais ne vous ruez pas pour autant chez votre maraîcher pour remplir votre panier de mangues : cette étude n’a en effet porté que sur 24 femmes suivies pendant seulement un mois. Des recherches à plus long terme impliquant un plus grand nombre de participants doivent être menées pour confirmer ou infirmer ces premiers résultats. Des travaux indépendants seraient également nécessaires puisque l’étude présentée au congrès Nutrition 2018 a été en partie financée par la National Mango Board, un organisme national de promotion et de recherche sur les mangues domestiques et importées, dont la mission est “d’accroître la sensibilisation et la consommation de mangues fraîches aux Etats-Unis”.

 

 

Medisite

Les commentaires sont fermés.