On connaît la marche nordique et le yoga, la méditation tibétaine et la zumba ; mais tous les pays ont leur spécificité « forme », en lien avec leur histoire et leur situation. Petit tour du monde de ce qu’on peut leur piquer.

Autrefois, chaque pays apprenait et gardait jalousement ses pratiques sportives ou ses secrets de bien-être. La pratique des voyages intensifs, puis internet ont bouleversé la donne. Les médecins occidentaux ont découvert le pouvoir et la sagesse de la médecine chinoise ; la réflexologie, l’acupuncture, la sophrologie, la méditation ont désormais droit de cité à l’hôpital.

Chantal Duvault-Tavernier, énergéticienne et naturothérapeute à Availles en Chatellerault, utilise entre autres le reiki, venu du Japon, comme « outil de réparation » sur ses clients. « C’est une méthode  qui utilise l’énergie universelle pour renforcer le bien-être et renforcer le processus de guérison dans tous les domaines : physique, psychique et émotionnel. Il s’exerce par imposition des mains sur les centres énergétiques. » L’Américain Gary Craig s’est inspiré de l’acupuncture chinoise pour mettre au point la fameuse méthode EFT (ou technique de libération des émotions) en partant des méridiens  qui favorisent la circulation énergétique. Catherine Dalquier, elle aussi énergéticienne à Toulouges (66), fait du sur-mesure en prenant un peu partout ce qu’il y a de mieux en fonction de la demande et du profil de son client : le massage chinois peut alors cohabiter avec les herbes amérindiennes, le rituel hawaïen avec les bols tibétains…

« Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester ». Ce proverbe indien résume bien tout l’intérêt à rester en forme le plus longtemps et le mieux possible. Et de toutes les façons possibles.

L’avis de Catherine Dalquier, énergéticienne :

Sur le plan thérapeutique, il est intéressant de « mixer » des techniques issues de différentes parties du globe. D’abord parce que chaque culture s’adresse à un public très particulier : ainsi, le massage thérapeutique hawaïen est plutôt destiné aux sportifs, voire aux personnes en surpoids. Rien à voir avec le massage énergétique chinois, qui est beaucoup plus subtil. Ensuite parce que cela permet de proposer un traitement global au patient : l’approche énergétique chinoise va compléter l’aromathérapie amérindienne ou encore les vibrations des bols tibétains. L’objectif, c’est d’avoir un maximum d’outils à disposition pour assurer le bien-être de la personne.

Pas besoin d’être sportive pour s’essayer au Bokwa ! Le principe de ce nouveau sport est simple : en sautillant non-stop sur place, on dessine des lettres (des I, des J, des L…) puis des chiffres du bout des pieds, en rythme avec la musique. Résultat : une chorégraphie accessible à tous. La séance dure 45 min et fait travailler le bas du corps en priorité : on s’affine des cuisses, des fesses et des hanches, et on dépense jusqu’à 1 000 Kcal. Le tout dans la bonne humeur…

Au Canada, des fumigations pour la détente

Les Amérindiens pratiquent la fumigation depuis la nuit des temps. Le principe ? Brûler des herbes sèches et laisser monter la fumée, afin qu’elle emporte avec elle tout ce qui est négatif. Traditionnellement, cette « technique bien-être » a une dimension purificatrice : on l’utilise pour chasser les tensions, pour favoriser la méditation, avant d’emménager dans une nouvelle maison … Mais aussi pour se « nettoyer », après un coup de blues, par exemple.

Une fumigation, c’est tout un rituel : la combustion doit d’abord avoir lieu dans un coquillage, qui symbolise l’élément « eau ». Ensuite, on ne choisit pas les herbes au hasard : si la sauge, le foin d’odeur et le cèdre sont « polyvalents », le chèvrefeuille sert surtout à renforcer les liens familiaux, le pin booste la créativité et le sapin agit contre les maladies. Enfin, il faut « offrir » la fumée aux quatre directions, en tournant successivement la coquille vers le Nord, l’Est, le Sud et l’Ouest. Et quand c’est fini, les cendres doivent retourner à la terre.

En Russie, le sauna des courageuses

La bania russe est une déclinaison de notre sauna traditionnel. Mais pas question de s’y prélasser : au bout de quelques minutes seulement, il faut… se fouetter vigoureusement avec des branches de bouleau, de chêne ou de pin. Ensuite, on se précipite sous un jet d’eau glacée et on répète toute l’opération deux ou trois fois.

Une technique (un peu) musclée qui reste efficace : en effet, l’alternance chaud-froid et la flagellation permettent d’activer la circulation sanguine et – donc – de favoriser l’élimination des toxines. Par ailleurs, les femmes russes affirment que c’est idéal pour retrouver une peau de bébé… Trente-cinq minutes plus tard, on termine par un gommage au sel de Sibérie et un massage aux huiles essentielles, pour la détente. Alors, convaincue ?

En Thaïlande, le massage Nuad Boran pour les sportifs

A mi-chemin entre l’ostéopathie et le soin énergétique, le Nuad Boran est une discipline qui nous vient tout droit de Thaïlande. Tout particulièrement adapté aux sportifs, ce massage thérapeutique prévient les douleurs musculaires et articulaires : top pour préparer son corps avant une compétition ou pour mieux récupérer après l’effort. En utilisant ses pouces, ses coudes et ses paumes (voire ses pieds !), le praticien restaure la mobilité des tissus en appuyant sur différents points, situés sur des lignes énergétiques (les sensip). Et c’est tonique ! Le thérapeute travaille en effet avec tout le poids de son corps : un massage déconseillé aux personnes qui souffrent d’ostéoporose, de troubles cardiaques ou encore aux femmes enceintes.

Aux Etats-Unis, le Pound pour s’affiner de partout

C’est « le » nouveau sport qui cartonne dans les salles de fitness. Sur des rythmes super motivants, on enchaîne des exercices de gym (abdos, squats, fentes… mais aussi gainage) tout en battant la mesure avec deux bâtons, façon joueur de batterie. Ca défoule ! Axé « cardio », le Pound fait travailler tous les muscles du corps : on y gagne des cuisses plus fines, un ventre plus plat et des bras plus toniques. Et brûle jusqu’à 900 calories en 45 minutes. Une discipline ultra dynamique réservée à toutes celles qui adorent repousser leurs limites…

Au Vietnam, la reflexo viet

Cette discipline part du principe que la peau est le reflet de l’état général de santé et que la beauté extérieure s’obtient en rééquilibrant l’intérieur. Le Chan’beauté se pratique sur le visage à l’aide d’outils (des rouleaux, des « picots »…  ) faciles à utiliser. On peut commencer en s’aidant de l’application Faceasit pro qui permet de visionner les points précis du visage et des protocoles validés par des pros. L’avantage de cette reflexo perso est son côté intuitif : en général, on commence par « rouler » la zone choisie avec un outil aux effets « yang », destiné à mobiliser les liquides vitaux en profondeur.

Après une minute, on utilise un outil « yin » pour répartir les fluides et lisser les traits. Sensations ? Grâce aux outils, on ressent bien plus d’effets qu’avec un massage manuel : la microcirculation sanguine et lymphatique s’active en profondeur et on voit les tensions se relâcher… Et pas seulement sur le visage ! En plus, ça ne prend que 4 min. À faire 2 à 3 fois par semaine.

PARTAGER